Après avoir passé un peu de temps à fréquenter des hordes de vacanciers à la recherche de soleil et de mer sur les plages de Sicile, cela vaut vraiment la peine de quitter les transats pour se diriger vers les montagnes et explorer le paysage spectaculaire du parc régional des Madonie, en vous plongeant dans le calme de ses 400 km2.

Présentation du parc régional des Madonie

C’est un véritable paradis en plein air, parfait pour ceux qui aiment visiter sereinement, se consacrant à la culture et à la nature. Le plus haut sommet du massif des Madonie est le Pizzo Carbonara (1979 m), la deuxième plus haute montagne de Sicile après l’Etna; le parc des Madonie comprend des fermes, des villes perchées et des stations de ski.

Ici, les saisons sont distinctes : au printemps, les pentes des montagnes sont couvertes d’étendues spectaculaires de fleurs sauvages; l’automne apporte avec lui les champignons sauvages et les couleurs intenses du feuillage forestier; avec l’arrivée de l’hiver, la saison de ski s’ouvre sur les pistes; enfin, les mois d’été de juin à août offrent une fraîcheur très agréable et un refuge contre l’atmosphère chaotique de la côte.

parc régional des madonie

Étant une zone habitée et non une simple réserve naturelle, il est possible d’alterner des excursions et des randonnées à pied avec des visites de villes historiques dans les montagnes et avec des arrêts dans certains des meilleurs restaurants de l’île.

Parc des Madonie : que faire et que voir

Castelbuono : le centre le plus important des Madonie est situé dans une position vraiment enchanteresse, parmi les anciens bois de châtaigniers et la manne de frênes. La ville doit une grande partie de ses bâtiments et de son atmosphère à la famille Ventimiglia, une puissante famille aristocratique qui a dirigé Castelbuono du 14ème au 16ème siècle.

Castello dei Ventimiglia: initialement connu sous le nom de Castello del Buon Aere, l’immense forteresse qui domine le groupe de maisons dorées de Castelbuono a donné son nom à la ville et est la structure qui la caractérise le plus. Construit par Francesco I Ventimiglia en 1316, il abrite des expositions sur l’archéologie et l’histoire locale.

Castelbuono chateau

Une légende populaire raconte que le premier mardi de chaque mois, l’esprit de la reine Costanza Chiaramonte, qui vécut au 14ème siècle, erre dans les couloirs du château. Au cœur de l’édifice, conservé dans une urne en argent, se trouve cependant le prétendu crâne d’une autre femme, Sant’Anna, dont la chapelle date de 1683 et est décorée d’extraordinaires stucs de l’école de Giacomo Serpotta, sculpteur sicilien renommé.

Musée naturaliste Francesco Minà Palumbo : dédié au naturaliste Francesco Minà Palumbo (1814-1899), ce modeste musée est situé dans l’ancien couvent de Santa Venera et abrite une collection d’artefacts qui illustre de manière exhaustive la botanique, l’histoire naturelle, les minéraux et l’archéologie des montagne de Madonie.

Petralia Soprana : bénéficiant d’une belle position au sommet d’une colline bordée par une forêt de pins, Petralia Soprana est l’une des villes les mieux préservées du centre-nord de la Sicile, avec ses maisons en pierre brute et ses balcons en fer forgé pleins de géraniums. C’est également la commune la plus haute de la région des Madonie. Il n’y a pas grand chose à faire pour les visiteurs, à part se promener dans les ruelles pavées étroites, visiter quelques églises et admirer la vue à 360° depuis le belvédère de la ville.

visiter le parc des madonie

Chiesa dei Santi Pietro e Paolo : l’église sur la Piazza del Popolo, près de la Piazza dei Quattro Cannoli, a été consacrée en 1497 et possède un élégant portique du 18ème siècle et un clocher du 15ème siècle. L’église est dédiée aux saints Pierre et Paul.

Chiesa di Santa Maria di Loreto : parmi les nombreuses églises de Petralia Soprana, c’est la plus belle. L’église Santa Maria di Loreto du 18ème siècle est située au bout de la Via Loreto, près de la place principale (Piazza del Popolo; suivez les panneaux indiquant le restaurant Da Salvatore). À l’intérieur, vous pourrez admirer un retable de Gagini et une Madone de Giacomo Mancini. A droite de l’église, une arche donne accès au belvédère d’U Castru, d’où la vue balaie la vallée et, par temps clair, jusqu’au mont Etna.

Petralia Sottana : en contrebas de Petralia Soprana, la ville de Petralia Sottana est la porte d’entrée du parc des Madonie et abrite le siège du Ente Parco delle Madonie. Le bureau, situé dans l’atrium du musée civique Antonio Collisani, fournit des cartes et des informations sur les itinéraires d’excursion dans les Madonie, ainsi que des brochures et des informations sur Petralia Sottana elle-même. Cela vaut également la peine de visiter la ville pour admirer les nombreuses et pittoresques tours et églises en pierre.

Petralia Sottana

Petralia Sottana gravite autour de sa rue principale, Corso Paolo Agliata, une rue commerçante populaire le jour et lieu d’une promenade très fréquentée en début de soirée. Comme Petralia Soprana, la ville possède plusieurs églises remarquables, dont l’église baroque de San Francesco sul corso et la Chiesa Madre du 17ème siècle sur la Piazza Umberto, dont le clocher est le principal point de repère de la ville. Le long de la route qui mène à Petralia Soprana se trouve l’église de Santissima Trinità alla Badia, qui abrite un précieux retable en marbre de Giandomenico Gagini.

Musée civique Antonio Collisani : ce petit et intéressant musée dédié à l’archéologie et à la géologie des Madonie abrite une très riche collection de fossiles trouvés dans le parc.

Piano Battaglia : la petite station de ski de Piano Battaglia est parsemée de chalets qui accueillent le nombre croissant de skieurs siciliens en hiver. Le complexe de ski de Mufara (côté nord) atteint 1840 mètres d’altitude et offre 3,5 km de pistes, tandis que la Mufaretta (côté sud-ouest) atteint 1680 mètres, avec une piste d’environ 500 mètres de long. Deux remontées mécaniques, rénovées en 2015, emmènent les skieurs au sommet. Ici, vous pouvez également pratiquer le ski de fond et le snowboard.

Piano Battaglia est également une destination intéressante au printemps, quand elle offre d’excellentes possibilités de randonnée et de VTT le long des nombreux sentiers balisés qui serpentent à travers des champs pleins de fleurs sauvages. Un itinéraire très apprécié des randonneurs part du refuge Piero Merlino à Piano Battaglia et se dirige vers le nord-nord-ouest, touchant Pizzo Scalonazzo (1903 mètres) et Pizzo Carbonara, pour se terminer dans une chênaie à Piano Sempria (1300 mètres).

Collesano : la partie la plus haute de cette charmante ville médiévale est dominée par la masse blanche et rose de la basilique Saint-Pierre sur le Corso Vittorio Emanuele et par les ruines d’un château normand endommagé par le temps non loin de là. Collesano, comme Castelbuono, était autrefois dirigé par la famille Vintimille et conserve un air aristocratique.

basilique Saint-Pierre collesano

Parmi les différentes églises qui valent le détour sur la commune de Collesano, citons la cathédrale du 15ème siècle ornée de fresques (également connue sous le nom de Santa Maria la Nuova), l’église du 12ème siècle de Santa Maria la Veccia, l’église du 17ème siècle de Santa Maria del Gesù et l’église de San Giacomo, du 16ème siècle.

Musée Targa Florio : unique en son genre, ce petit musée expose des photographies et des souvenirs liés à la Targa Florio, l’une des plus anciennes courses automobiles au monde. Créée en 1906 par Vincenzo Florio, un passionné de voitures fortunées, la course de 72 kilomètres le long des rues perfides des Madonie présentait un très haut degré de difficulté, avec des virages en épingle qui mettaient à rude épreuve à la fois l’habileté du conducteur et les caractéristiques techniques des voitures. La course a été arrêtée en 1977 car elle était considérée comme excessivement dangereuse. Dans la première salle du musée, une plaque commémore les noms et modèles des voitures des vainqueurs dans les 70 ans de cet événement (au cas où vous vous poseriez la question, Porsche a remporté le titre à plusieurs reprises, suivi de près par Alfa Romeo).

Itinéraire dans les montagnes pour visiter les villages

Pour ceux qui aiment la montagne et ceux qui aiment admirer la mer d’une certaine hauteur, je vous conseille l’itinéraire suivant, pour découvrir les Madonies :

Arrivé au Campo Felice di Roccella, de Palerme, prenez la s.p. 9 direction Collesano. Plus vous grimpez à travers de belles vallées, plus la vue sur la mer Tyrrhénienne devient plus large et plus spectaculaire. Cela conduit à Collesano. La ville développée au 12ème siècle autour du château normand conserve une structure médiévale dans la partie la plus ancienne. Collesano était en fait un centre féodal important et le siège de nombreux ordres monastiques qui fondèrent un grand nombre d’églises.

En quittant Collesano, continuez sur la s.p. 9 direction Isnello. La route monte en altitude et pénètre dans le luxuriant Bosco dell’Alloro. Vous arrivez à la jonction de Munciarrati, au périmètre du Querceto di Isnello, l’une des zones boisées les plus vastes et les plus intactes des Madonie. En continuant sur quelques km, vous atteignez la ville d’Isnello. Je vous recommande de commencer la visite de la ville depuis le lieu le plus ancien, la Piazza Mazzini, où se trouve la Chiesa Madre du 15ème siècle. Il existe des grottes dans la zone entre Isnello et Gratteri : parmi les cavités les plus intéressantes et les plus complexes de la Madonie, il y a l’Abisso del Vento, riche en formations calcaires et en lacs souterrains.

isnello

Depuis Isnello, toujours sur la s.p. 9, sur un fond d’une beauté scénique extraordinaire, allez jusqu’à Castelbuono. De la place, marchez le long de la Via Sant’Anna jusqu’au château bien conservé « buon aere » d’où dérive le nom de la ville. Lieu d’une somptueuse vie de cour, l’édifice médiéval, de plan régulier à tours carrées, a été construit en 1316 par Francesco I de Ventimiglia; à l’intérieur, la chapelle palatine de la fin du 18ème siècle mérite une visite. Prenez ensuite la route nationale 286 depuis la périphérie sud-est de la ville de Castelbuono et continuez votre itinéraire en direction de Geraci Siculo.

A 1077 mètres d’altitude se trouve Geraci Siculo, dominée par les ruines de son château d’où je vous recommande de commencer votre visite. Construit en 1072, des étendues évocatrices de murs et la chapelle de Sant’Anna restent encore visibles, construites plus tard par Francesco I de Ventimiglia. De là, vous descendez vers le centre historique où il y a de nombreuses églises à visiter : la cathédrale riche en œuvres d’art; l’église de S. Stefano, un exemple rare de temple avec un plan central; l’église de Santa Maria la Porta.

parc des madonies

La richesse du territoire de Geraci Siculo est donnée par le fait que 40% de son territoire est inclus dans la zone du parc des Madonies, il est donc possible de faire de nombreuses excursions, randonnées et promenades dans la zone protégée.

Pour la suite, partez en direction du sud, la route nationale 286 atteint la jonction Geraci et la jonction avec la s.s. 120 d’où en tournant à gauche vous atteignez Gangi. Splendidement couché sur le versant sud-ouest du Monte Marone, Gangi offre au visiteur une zone médiévale intacte avec une quantité vraiment remarquable d’églises et de monuments. En dehors de la ville, à environ 4 km, cela vaut la peine de visiter l’ancien couvent bénédictin, plus connu sous le nom de Gangi Vecchio.

gangi

De retour au carrefour Geraci, prenez la SS 120 en direction de Petralia. En direction de l’ouest, vous arrivez à Petralia Soprana, la ville la plus haute de la province de Palerme (1147 m d’altitude). Très noble pour son histoire et ses traditions, la commune possède un patrimoine urbain, monumental et artistique d’une grande importance

S’étirant sur un éperon rocheux à gauche de la rivière Imera, vous trouverez ensuite Petralia Sottana. Ici aussi, il y a de nombreuses églises et palazzo de valeur.

Pour les amateurs d’archéologie, devant la ville de Petralia Sottana, je voudrais signaler la présence d’un site très intéressant pour l’étude de la préhistoire sicilienne. C’est la Grotta del Vecchiuzzo, découverte en 1936, dans laquelle a été trouvé une grande quantité de poteries en céramique conservées aujourd’hui au musée archéologique de Palerme.

Nous arrivons enfin à la dernière étape de notre itinéraire des villages à travers le parc des Madonie. De Petralia, continuez sur la s.p. 54 direction Piano Battaglia. Cette portion vous permettra de voir les merveilles naturelles et paysagères des Apennins siciliens (une chaine de montagne) : les bois de chênes et de houx, les alpages, les espèces animales et végétales typiques de la région. Une fois à Piano Battaglia (1600 m d’altitude), il est possible de faire des randonnées à pied jusqu’au sommet où il y a une vue incomparable sur une grande partie de l’île et le tout aussi incroyable paysage karstique (« lunaire »).

Voici l’itinéraire complet en voiture à travers les Madonie sur Google Map :

Excursions et sentiers dans le parc des Madonie

Il existe de très nombreux itinéraires à suivre dans le parc des Madonie. Les excursions peuvent se faire à pied ou à cheval selon les préférences de chacun, et peuvent convenir aussi bien aux experts qu’à toute la famille : il y en a pour tous les goûts.

randonnée parc des madonie

L’un des plus beaux itinéraires du parc des Madonie est le chemin qui mène au Massiccio dei Cervi, situé dans la partie ouest des montagnes et offrant une vue magnifique.

Le sentier de Pizzo Carbonara se dirige vers le plus haut sommet du parc des Madonie, deuxième en Sicile après l’Etna. La randonnée de 4 heures part de Piano Battaglia et suit une piste muletière en altitude et le long d’un bel itinéraire riche en vestiges antiques de la civilisation locale, recommandé surtout au printemps quand il est rempli de fleurs !

Le sentier degli Agrifogli Giganti mène au cœur du parc et à sa nature préservée, pour le plus grand plaisir des randonneurs individuels. Il part du refuge Piano Sempria pour atteindre Piano Pomo, où vous pourrez profiter d’une vue magnifique sur le volcan Etna.

La plupart des excursions et randonnées dans le parc des Madonie peuvent se faire seul si vous avez une certaine expérience de la randonnée, du matériel adapté en fonction de l’altitude et si vous étudiez bien les sentiers. Alternativement, il y a la possibilité de contacter les guides disponibles dans la région, qui connaissent bien la zone et peuvent donc vous faire visiter les plus belles zones de la réserve des Madonie en toute sécurité.

parc des madonies

Pour toute information supplémentaire je vous suggère de visiter le site internet Ente Parco delle Madonie ou d’aller directement les voir sur place à Petralia Soprana où vous trouverez des personnes susceptibles de vous renseigner et de vous donner des cartes.

La faune et la flore du parc

Le parc des Madonie, du point de vue de la flore, se définit comme un véritable jardin botanique au centre de la Méditerranée. En fait, ses belles vallées et ses bois sont protégés par les montagnes, sont situés à différentes latitudes et ont donc des caractéristiques différentes. Dans cette zone de la Sicile, il y a aussi des bois de hêtres ainsi que des bois qui abritent des plantes typiques du climat subtropical.

olivier madonie

Il y a des étendues de chênes verts, de chênes pubescents et de chênes. Parmi les espèces herbacées les plus courantes, nous pouvons inclure la violette et le cyclamen. Il existe environ 2600 variétés botaniques présentes dans le parc des Madonie, qui représente à lui seul 2% de la surface totale de la Sicile. La richesse naturelle et botanique de ce parc est donc évidente même aux yeux de ceux qui ne sont pas experts.

Le parc des Madonie est si vaste qu’il peut accueillir plusieurs espèces d’animaux. Il y en a de très rares qui peuvent être admirés à l’intérieur de la zone. Cependant, il faut dire que certains grands mammifères ne s’y trouvent plus, mais il existe encore plusieurs espèces d’animaux, dont certaines appartiennent à des espèces protégées.

chèvre parc des madonie

En fait, le parc se vante de la présence de chats sauvages, de lapins, de renards, de belettes, de porcs-épics et de loirs. Il existe également plusieurs espèces menacées, telles que des types rares de papillons et le vautour fauve, qui fait désormais l’objet d’un plan de repeuplement dans la région. Le seul animal à craindre dans le parc est la vipère, car sa morsure est susceptible de causer la mort si un traitement adéquat n’est pas reçu en quelques heures. Il faut dire que cet animal, statistiquement, attaque les humains quand à son tour il se sent attaqué et tente donc de se défendre, soyez juste prudent !

D’AUTRES ARTICLES A DECOUVRIR EGALEMENT :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici