visiter arles

Visiter Arles et ses environs

Vous pouvez facilement visiter Arles en 1 jour, malgré ses nombreux monuments qui méritent une halte. Le centre historique est assez compact pour être exploré à pied. Il est aussi agréable de se promener le long des rives du Rhône, qui entourent la partie ouest du centre historique. La grande importance de la ville est étroitement liée à son fleuve, ce qui a permis à cette ville de prospérer grâce à la maîtrise de ses eaux. En contrebas de la ville, le Rhône se sépare en deux, donnant naissance au Petit et au Grand Rhône.

Visiter Arles : un peu d’histoire

Bien que l’histoire d’Arles remonte à la fondation grecque au 6ème siècle avant JC (sous le nom de Theline), la ville fut successivement conquise par les Celtes (qui rebaptisèrent la ville Arelate) et plus tard, par les Romains. Cela s’est produit en 123 avant notre ère.

Cependant, c’est durant la seconde moitié du 1er siècle avant notre ère que la ville prospéra de manière très importante. C’est une époque où Jules César mène une guerre civile contre Pompée. La ville d’Arles soutient Jules César, vainqueur du combat. En remerciement, Jules César transfère une bonne partie des possessions de Massalia (aujourd’hui Marseille), qui avait soutenu Pompée, à Arelate. Et non seulement cela, mais la ville reçoit le titre de colonie, qui, bien que maintenant cela puisse sembler péjoratif, était à l’époque romaine une distinction spéciale qui permettait l’établissement de légionnaires vétérans, déjà retirés de leurs fonctions. Ces colonies étaient dotées de toutes sortes de grands monuments architecturaux, cela grâce au travail effectué pendant tant d’années par les vétérans. En ce sens, théâtres, bains, amphithéâtres, cirques et autres bâtiments importants ont été construits pour le plaisir de ses citoyens. Vous pourrez les voir si vous venez visiter Arles.

Pendant environ 400 ans, la colonie Ivlia Paterna Arelatensivn Sextanorvm était l’une des plus importantes de la Gaule, atteignant son moment de splendeur maximale à la fin du 5ème siècle, lorsque l’empereur Constantin le Grand la considérait comme sa ville préférée, y passant de longues périodes et la dotant de nouveaux et beaux édifices, comme les célèbres Thermes de Constantine, dont les ruines sont encore partiellement debout.

Un deuxième moment de splendeur relative se retrouve au Moyen Âge, car la ville est située au milieu de certaines des routes commerciales les plus importantes de l’époque, mais aussi de la route jacobéenne. Certains des monuments les plus importants à voir à Arles correspondent à cette période, comme la magnifique cathédrale de Saint- Trophime.

Visiter Arles : la période romaine

Les monuments les plus importants de cette période sont l’amphithéâtre, le théâtre antique et les cryptoportiques, construits au 1er siècle avant notre ère et à ne pas manquer :

1. Amphithéâtre (Arènes d’Arles)

D’une capacité d’environ 20 000 personnes, il compte jusqu’à 120 arches réparties sur deux étages et a été construit pour accueillir des spectacles de l’époque romaine, tels que des courses de chars ou des combats de gladiateurs. Actuellement, l’amphithéâtre est utilisé comme arènes et pour les reconstitutions de combats lors du Festival Arelate en été.

Au Moyen Âge, quatre tours défensives ont été ajoutées, lorsque l’édifice a été transformé en forteresse militaire. Vous ne pouvez pas visiter Arles sans passer par son amphithéâtre.

arles amphitheatre romain

Les combats entre gladiateurs étaient l’un des plus appréciés par la population romaine, bien que contrairement à ce que l’on pense habituellement, ces combats étaient au premier sang et non à mort. C’est-à-dire que lorsque l’un des concurrents blessait grièvement l’autre, le combat prenait fin. C’est une époque où il existe de véritables écoles de gladiateurs, souvent composées d’esclaves. Ces écoles étaient un investissement pour celui qui les possédait et si quelqu’un voulait acheter le prix élevé d’un de ces esclaves, un combat à mort pouvait avoir lieu. Mais il s’agissait de cas exceptionnels. D’autres types de spectacles étaient aussi organisés dans les amphithéâtres romains, notamment avec des animaux exotiques.

Au milieu du 16ème siècle, les spectacles ont cessé d’être présentés ici, et au Moyen Âge, un quartier semi-fortifié a été construit à l’intérieur de la structure. C’est la raison pour laquelle l’Amphithéâtre d’Arles a été assez bien conservé. Ce quartier aurait accueilli quelques centaines de maisons (bien qu’il faille comprendre que les maisons de cette époque étaient beaucoup plus petites que celles d’aujourd’hui) et même des petites églises.

2. Théâtre antique d’Arles

Il ne reste plus grand-chose de ce théâtre, qui avait autrefois une capacité de 10 000 personnes, mais il reste impressionnant. Les plus remarquables sont deux colonnes de marbre corinthiennes connues sous le nom de “deux veuves”, qui étaient sur scène.

Une statue d’Auguste a également été retrouvée, mesurant plus de 3 mètres, qui se trouve au Musée départemental de l’Arles Antique. Au Moyen Âge, une tour défensive connue sous le nom de Tour de Roland a été ajoutée. Actuellement, en été, des expositions théâtrales et sportives sont organisées pendant le Festival Arelate dont je vous ai déjà parlé.

Si, bien entendu, le Théâtre romain d’Arles ne résiste pas à la comparaison avec le Théâtre antique d’Orange, il ne laisse personne indifférent, et il fait sans aucun doute partie des meilleures choses à voir à Arles. Comme d’autres lieux de cette nature, le Théâtre romain d’Arles a fonctionné jusqu’au 5ème siècle, lorsque le christianisme est devenu religion d’État et que le théâtre, ainsi que d’autres types de spectacles païens, est interdit.

arles theatre antique

3. Cryptoportiques

C’est l’une des structures les plus curieuses à voir à Arles. Les cryptoportiques ont été construits sous le rez-de-chaussée du Forum romain et ont leur entrée dans l’Hôtel de Ville.

Le Forum romain d’Arelate était situé sur l’actuelle place du Forum, à côté de la place de la République. Apparemment, le forum a été construit sur une pente qui a dû être cimentée. Pour cela, cette série de passages mystérieux et sombres ont été construits, de forme quadrangulaire, mais avec plusieurs branches qui donnent naissance à des cellules différentes. Ainsi, les galeries sud se situent au niveau de la place de la République et les galeries nord, sous la place du Forum. Cela s’est produit à la fin du 1er siècle avant JC.

Les cryptoportiques sont des pièces sombres et humides qui auraient pu servir d’entrepôt ou servir à “entreposer” les esclaves. La vérité est que sa mission exacte n’est pas claire, au-delà d’être nécessaire en tant que fondements du Forum romain.

4. Obélisque

Il est situé sur la place de la République, mais son emplacement d’origine était l’ancien cirque romain, qui était situé à côté du musée départemental de l’Arles Antique.

Vous ne pourrez pas le manquer si vous venez visiter Arles car la place de la République est centrale et se trouve près de nombreux lieux incontournables de la ville.

obelisque arles

5. Thermes de Constantin

Au temps de l’empereur Constantin, au 4ème siècle après JC, furent construits ces thermes, qui étaient situés entre le Rhône et le forum de la ville romaine. Il reste aujourd’hui l’abside semi-circulaire du caldarium et les murs du tepidarium.

À cette époque l’Empereur commença à y résider pendant de longues périodes, c’est pourquoi les Thermes de Constantin furent construits, portant le nom du célèbre Empereur.

Les thermes de Constantin avaient une superficie de 3 750 mètres carrés, dont environ 1 100 mètres carrés ont été conservés. L’entrée, comme dans l’amphithéâtre ou dans le théâtre, était gratuite pour tous les publics (ou très bon marché), et en général, hommes et femmes devaient se rendre aux bains à des jours ou à des heures différents.

Aux thermes de Constantin, on peut voir ce qu’il reste des différentes parties dont se composaient les thermes romains. De plus, on peut parfaitement observer la structure de l’hypocauste, le système de chauffage souterrain chargé de fournir de la chaleur aux pièces.

6. Porte d’Auguste

Aussi appelée Porte de la Redoute, c’était l’entrée principale de la ville romaine le long de la Via Aurelia qui reliait Rome à la France le long de la côte. Elle mesurait 35 mètres de large et était flanquée de deux tours semi-circulaires.

A proximité se trouve l’endroit où arrivait l’aqueduc qui amenait l’eau des Alpilles.

7. Tour des Mourgues

C’était à l’origine une tour cylindrique de 6 mètres de haut qui renforçait cette partie de l’enceinte romaine. A la fin du Moyen Âge, la tour romane était entourée d’une structure polygonale à base en cloche. Ce n’est pas un incontournable d’Arles mais cette tour appartient au rempart antique de la ville, l’une des premières constructions romaines.

visiter arles et ses alentours

8. Alyscamps

C’est une nécropole romaine qui se trouve en dehors du centre historique. Dans les temps anciens, elle était également située à la périphérie de la ville, au bout de la Via Aurelia. On peut voir de nombreux sarcophages en pierre, disposés le long d’une allée centrale, et l’église romane Saint-Honorat, construite au 12ème siècle et dédiée à Saint-Genès, le premier martyr arlésien, qui fut enterré dans cette nécropole au 3ème siècle.

Les meilleurs sarcophages se trouvent au musée départemental de l’Arles Antique. Au bout de l’avenue des tombeaux se trouve l’église Saint-Honorat, un endroit vraiment paisible. Dans la crypte de cette église romane reconstruite au 12ème siècle sur un temple beaucoup plus ancien, reposent les restes du vénéré Saint-Genès.

9. Place du Forum

Malgré son nom, ce n’était pas l’ancien forum de la cité romaine. Sur la façade actuelle de l’hôtel Nord Pinus, on peut voir deux colonnes de granit, vestiges d’un temple du 1er siècle, dédié à l’empereur Constantin. C’est une place très agréable pour prendre un déjeuner !

arles place du forum

10. Aqueduc de Barbegal

Dans une ville romaine, un grand ouvrage d’art ne peut manquer, et à Arles cet ouvrage était l’aqueduc de Barbegal. Situé à environ 12 kilomètres de la ville, on peut trouver les ruines de cet aqueduc qui servait à alimenter en eau un immense moulin à farine qui était à l’époque connu comme “la plus grande concentration connue d’énergie mécanique dans le monde antique”. Ce n’est pas un lieu incontournable, mais si vous venez visiter Arles sur deux ou trois jours (fortement conseillé), vous ne devez pas manquer de le découvrir.

Visiter Arles : la période médiévale

Au Moyen Âge, Arles devient le rendez-vous des pèlerins sur le Chemin de Saint-Jacques, faisant partie de l’un des quatre itinéraires qui traversent la France. De nombreux vestiges romains sont retouchés, comme les murailles avec leurs portes et leurs tours, l’amphithéâtre, la nécropole… Mais d’autres monuments de la ville ont également été édifiés.

11. Église Notre-Dame-de-la-Major

Elle a été construite sur l’emplacement d’un ancien temple romain, et est l’une des plus anciennes églises de la ville, puisqu’elle a été consacrée au 5ème siècle.

arles eglise notre dame de la major

Sur la gauche de l’église, il y a un point de vue intéressant sur les toits de la ville.

12. Cathédrale Saint-Trophime

Construite entre le 11ème et le 12ème siècle, elle présente une belle façade romane avec des statues fantastiques, dont les 12 apôtres. A l’intérieur se trouvent les reliques de Saint Trophime, le premier évêque d’Arles, qui se trouvaient auparavant dans la nécropole des Alyscamps. Son cloître est célèbre, avec de beaux chapiteaux sur ses colonnes ; deux de ses galeries sont romanes du 12ème siècle et les deux autres gothiques du 14ème siècle.

La façade romane de cette cathédrale n’est pas seulement l’un des exemples les plus remarquables du roman provençal, mais du roman du monde entier. Sans aucun doute, parmi les 3 ou 4 monuments que chaque visiteur doit voir à Arles se trouve la cathédrale Saint-Trophime. Le portail explique l’histoire de l’apocalypse. La représentation du Jugement dernier est véritablement épique et tout aussi remarquable est le précieux pantocrator, entouré de figures représentant les évangélistes. C’est l’une des plus belles sculptures de tout l’art roman. D’autres scènes bibliques ainsi que la représentation de saints ayant un rapport particulier avec la ville d’Arles complètent le portail phénoménal.

Cathédrale Saint-Trophime

Vous devez absolument découvrir l’intérieur à trois nefs (la centrale est plus grande), magnifiquement construit dans un style roman, et aller voir ensuite le cloître, qui est un autre des points forts de la visite d’Arles. Bien que seulement deux des galeries correspondent à l’époque romane, celles-ci sont d’une beauté surprenante et délicate, mettant en valeur leurs belles colonnes culminant en de beaux chapiteaux décorés.

D’autres monuments de cette période que vous pourrez voir lors de votre visite d’Arles sont la chapelle Sainte-Anne, l’église des Frères Prêcheurs, l’église Saint-Julien, l’église Saint-Blaise, la Commanderie Sainte-Luce, le Palais des Podestats… Il existe des billets qui vous permettent de visiter Arles et de voir les principaux monuments.

Visiter Arles : la période renaissance, classique et moderne

Les 16ème et 17ème siècles sont une période de reconstruction qui donne à la ville son aspect actuel. Voici quelques exemples de monuments de cette époque à voir à Arles :

13. Porte de la Cavalerie

Porte fortifiée du 16ème siècle, marquant l’entrée nord, avec deux tours circulaires de chaque côté ; à ses débuts, elle avait un pont-levis. C’est une porte des anciens remparts !

visiter arles et ses alentours

14. Hôtel de Ville

L’Hôtel de Ville est dans un bel édifice très décoré, construit au 17ème siècle selon les plans du même architecte que le château de Versailles. Sa construction a été achevé en 1676 et la plus grande partie est aujourd’hui classée monument historique. Vous ne pourrez pas le manquer sur la place de la République. La tour de l’horloge provient d’un bâtiment antérieur.

arles mairie

15. Hôtel de la Lauzière

Ce n’est pas un incontournable d’une visite à Arles en 1 jour, mais la porte de cet hôtel est flanquée de deux colonnes torses, caractéristique du style maniériste début 18ème siècle.

Hôtel de la Lauzière

16. Fontaine Amédée Pichot

Une belle fontaine du 19ème siècle, avec un médaillon central de carreaux de faïence et deux colonnes corinthiennes de chaque côté. Elle a été construite en 1887 par Pierre-Amédée Pichot à la mémoire de son père, écrivain et journaliste né à Arles en 1796; le médaillon central, réalisé par le peintre arlésien Paul Balze, représente une allégorie de la Poésie d’après Raphaël, le lion de profil, dans la partie supérieure, est d’Auguste Cain.

Fontaine Amédée Pichot arles

Visiter Arles : art et musées

Van Gogh est arrivé à Arles en 1888 et y a vécu pendant 15 mois, durant lesquels il a peint jusqu’à 300 tableaux. A ce titre, les recoins de la ville dépeints par l’artiste sont nombreux : les Arènes, le café de la place du forum, les Alyscamps, la maison jaune où il a vécu… Ce circuit couvre dix des lieux représentés dans ces peintures, et des panneaux explicatifs.

Si vous avez le temps, il est fortement recommandé de se promener le long des berges du Rhône, de visiter des musées comme le Musée Réattu pour l’art contemporain, le Musée départemental de l’Arles Antique, le Musée Arlaten pour l’ethnographie, la Fondation Vincent van Gogh, ou encore d’aller voir l’étonnant complexe artistique LUMA de Frank Gehry.

Événements à noter selon votre date de visite à Arles

La ville d’Arles s’anime lors de quelques événements annuels qui attirent touristes et visiteurs. De Pâques à septembre, se succèdent les ferias, les événements qui marquent la saison de la tauromachie : des milliers de personnes arrivent pour admirer le spectacle des taureaux. Toute la ville se transforme en un immense fleuve de gens avec des marchands ambulants, des orchestres et des échoppes qui envahissent les rues du centre.

La Feria de Pâques : l’un des événements les plus attendus est certainement la Feria de Pâques. À l’Amphithéâtre romain se déroulent deux courses camarguaises, des compétitions non sanglantes, et de véritables corridas, deux traditions ancrées dans la culture provençale et très appréciés de la population. Vous ne devez pas manquer cette feria si vous venez visiter Arles en avril. Vous pouvez avoir plus d’informations sur le site des arènes.

La fête des Gardians ; durant cette journée (1er mai) les gardiens défilent à travers la ville, en direction de l’église de la Major, siège de leur confrérie dédiée à Saint-Georges. Ici la bénédiction a lieu dans l’église, un nouveau capitaine de la Confrérie des Gardians est élu et la nouvelle reine d’Arles est élue tous les trois ans. La journée se termine par un grand spectacle aux arènes, où gardians et chevaux rivalisent d’audace et de dextérité lors des jeux.

Pegoulado : la Pégoulade est une ancienne tradition provençale. Au cours de la soirée, les Arlésiens défilent en tenue traditionnelle à la lumière des “pegos” (lanternes) et au son des galoubets. Des danses traditionnelles apprises des anciens sont exécutées lors de ce défilé nocturne. Le défilé se termine dans l’arène pour une grande Farandole. Le Pégoulado a lieu le vendredi précédant la Fête costumée et rassemble plus d’un millier de participants.

La Fête des Costumes : le Festival du Costume est un événement très chaleureux qui a lieu le premier dimanche de juillet. Les habitants de la ville portent leurs plus beaux costumes traditionnels et après avoir défilé sous le soleil d’été, participants et spectateurs se retrouvent dans le théâtre antique pour célébrer la reine d’Arles et ses demoiselles d’honneur. En fin d’après-midi, se déroule un grand spectacle provençal d’honneur à la reine agrémenté de corridas, jeux des gardians, danses et courses camarguaises.

La feria du riz : alors que la récolte bat son plein, Arles célèbre cette céréale cultivée dans le monde entier. Quartiers, villages, associations et familles participent à la préparation de la fête, décorent les rues de la ville et défilent avec des chars allégoriques. Pourquoi le riz est-il si important en Camargue et à Arles ? Le riz n’est pas seulement une céréale, il a façonné la région en rendant la terre fertile. Sa culture est donc nécessaire en Camargue, car l’apport d’eau douce du Rhône permet de maintenir l’équilibre écologique entre sols salins et sols meubles, indispensable à la diversité de la flore et de la faune. Plus d’informations ici.

Où dormir pour visiter Arles ?

Pendant la Feria de Pâques, le Pegoulado, le Festival du Costume et le Festival du Riz, il y a la concentration maximale de visiteurs, qui viennent de toute l’Europe pour vivre la magie des fêtes traditionnelles. Dans ces périodes il est nécessaire de réserver bien à l’avance, pour accéder aux tarifs les plus avantageux et s’assurer d’avoir un logement !

Le centre historique d’Arles est évidemment l’endroit le plus exclusif et pittoresque pour se loger. Pour la même raison, c’est aussi le plus cher et le plus luxueux.

Les solutions économiques se trouvent de l’autre côté du fleuve, en traversant le pont de la Trinquetaille : nous sommes sur les Quais du Rhône. Le quartier est très calme et flâner le long du Rhône le soir vous donnera l’impression d’être dans le tableau de Van Gogh.

Pour savourer toute l’ambiance provençale de cette ville, à mi-chemin entre la culture française, espagnole et gitane, il faut se diriger vers le quartier de La Roquette : vous vous retrouverez plongé dans un labyrinthe de ruelles étroites avec des maisons colorées et de vieilles bâtisses. Dans les bars, vous rencontrerez de nombreux visages marqués par le temps, d’origine gitane évidente. C’est ici que réside la véritable âme d’Arles, loin des touristes et des restaurants pièges étrangers. C’est ce quartier que je vous conseille !

Je vous invite à découvrir cette liste de logements disponibles à Arles !

Visiter Arles : que voir dans les environs

Aux alentours d’Arles, à environ 6 kilomètres au nord-ouest, se trouve l’Abbaye de Montmajour, un impressionnant complexe bénédictin datant du 10ème siècle. Un peu plus loin, à Fontvielle, on trouve les vestiges de l’aqueduc de Barbegal, mentionné sur la voie romaine. Il y a très peu de places de parking, il est donc conseillé d’y aller tôt.

À environ 40 kilomètres au sud de la ville, dans le delta du Rhône, se trouve Salin-de-Giraud, avec quelques grands marais salants. Et à environ 40 kilomètres au nord, se trouve la cité papale d’Avignon, un incontournable à visiter si vous êtes en vacances en Provence.

avignon
Avignon

D’autres photos prises lors de notre visite d’Arles

Ajouter un commentaire

Booking.com
chasse voyage