Parc transfrontalier de Kgalagadi

Parc transfrontalier de Kgalagadi

Le parc transfrontalier de Kgalagadi est une escapade sauvage de dunes de sable, de lions adaptés au désert et de troupeaux migrateurs. C’est l’un des plus beaux secrets de safari de l’Afrique australe. Ce parc est une immense zone désertique, avec des dunes de sable couvertes d’herbe. Anciennement connu sous le nom de parc national de Kalahari Gemsbok du côté sud-africain et de parc national de Gemsbok au Botswana, il existait en tant qu’unité écologique unique et frontière internationale entre les deux pays.

Avec plus de 3,5 millions d’hectares, c’est presque le double de la taille du parc national Kruger (et à peu près la même taille que les Pays-Bas) et est géré conjointement par les autorités sud-africaines et botwsaniennes de la faune. Une cellule à haute pression constante forme un «couvercle» à l’intérieur, empêchant l’air humide de l’océan d’atteindre la région, et par conséquent la moyenne des précipitations à long terme n’est que de 213 mm par an, ce qui classe le Kgalagadi comme un véritable désert. Exceptionnellement, il y a une abondance d’herbes du désert, donnant au paysage une apparence de semi-désert.

Un safari en Afrique du Sud et au Botswana

Les animaux traversent des frontières internationales non marquées dans le parc transfrontalier de Kgalagadi. Le parc a été créé en fusionnant le parc Kalahari Gemsbok en Afrique du Sud avec le parc national Gemsbok du Botswana. Le parc a de nombreux points forts, en particulier pour tous ceux qui voyagent en voiture en Afrique australe.

Tellement d’espace !

Il est difficile d’apprécier la taille jusqu’à ce que vous y arriviez. Kgalagadi s’étend sur plus de 38 000 kilomètres carrés ! Le parc ne reçoit qu’une poignée de visiteurs quotidiens, vous pouvez donc vraiment sortir et vous connecter avec votre côté sauvage.

Vous y trouverez du réconfort et de l’isolement, bien que le parc ne soit jamais absolument silencieux. Même dans un désert aussi sauvage, vous pouvez trouver de la vie, notamment des spécialistes arides tels que l’oryx gazelle (ou gemsbok) et le springbok.

La beauté du désert de Kgalagadi

Kgalagadi se traduit par “le lieu de la soif”. Les fables locales suggèrent que ses rivières ne coulent qu’une fois par siècle ! Le rude climat désertique est impitoyable, c’est pourquoi un safari en hiver est recommandé, entre juin et septembre.

Pourtant ce paysage désertique évoque tant de superlatifs. Des dunes rouges et des broussailles ocres s’estompent à l’horizon. Les arbres à épines se dressent comme des sentinelles. Les lions errent dans des bassins remplis de sable. C’est un parc digne d’être exploré même si vous ne voyez pas les animaux. Le simple fait d’installer le camp dans un tel désert rend le parc transfrontalier de Kgalagadi digne de tout détour.

Des animaux qui bougent au gré des saisons

Les principaux points forts de la faune de Kgalagadi sont les troupeaux d’antilopes. Les gemsbok voyagent en grand nombre, tout comme les élands et les gnous bleus.

Les Springboks n’ont pas besoin de boire car ils tirent leur eau de la végétation. Vous pouvez souvent rencontrer des troupeaux de plus d’un millier de springboks dans les plaines poussiéreuses. Les prédateurs de Kgalagadi ont une aire de répartition anormalement large. Bien qu’il y en ait moins que dans d’autres destinations de safari au Botswana et en Afrique du Sud, les chercher par vous-même est toujours une aventure.

Les lions adaptés au désert sont également un merveilleux point culminant. De plus, c’est l’un des rares parcs où vous pouvez voir à la fois des hyènes tachetées et des hyènes brunes.

Léopards et guépards sont présents mais ne comptez pas les voir. Des animaux aussi secrets et solitaires sont toujours un défi sur de si grands paysages.

Faire un safari dans le parc transfrontalier de Kgalagadi

Le parc est vraiment à l’écart pour un safari au Botswana. Cependant, c’est un endroit idéal pour s’arrêter sur la route entre l’Afrique du Sud et la Namibie, ou l’Afrique du Sud et le Kalahari du Botswana.

Les campeurs autonomes peuvent utiliser les nombreux campings du parc : vous aurez besoin d’une tente sur le toit pour assurer votre sécurité contre les prédateurs. Il est préférable de planifier un itinéraire à la porte du parc, afin que le personnel puisse vous conseiller sur les zones saisonnières avec la plupart des animaux sauvages.

Vous pouvez également vous rendre au parc en voiture et participer à des safaris organisés par les autorités du parc. Il n’y a pas de vols de safari programmés car Kgalagadi est vraiment la destination d’expéditions indépendantes.

Vous pouvez voir beaucoup d’animaux sauvages sans guide, en raison de la végétation clairsemée et des populations animales concentrées.

Le parc transfrontalier de Kgalagadi peut donc être l’expédition safari dont vous rêvez.

Se déplacer dans le parc transfrontalier de Kgalagadi

Il est recommandé de conduire un véhicule avec un dégagement élevé (au moins 190 mm) ou un 4×4, surtout lorsque les routes sont très ondulées, ou boueuses en saison des pluies (décembre/janvier à avril).  Un 4×4 est essentiel pour les sentiers de 4×4 guidés et autonomes du côté sud-africain et partout du côté botswanais/est du parc. Dégonflez vos pneus pour une conduite plus douce (et consultez le conseil 8 ci-dessous).

Conseils pour visiter le parc transfrontalier de Kgalagadi

  1. Achetez le guide d’information officiel du parc à Twee Rivieren pour des informations sur les animaux, les plantes et les communautés San voisines du parc.
  2. Emportez des vêtements chauds si vous venez en hiver; utilisez un écran solaire et restez hydraté en été.
  3. La pluie tombe principalement entre janvier et avril, mais vous pourriez être pris dans une tempête de grêle en septembre. La saison sèche est de mai à novembre/décembre.
  4. La sécurité de l’eau est suspecte. Apportez de l’eau potable de chez vous ou achetez des bidons d’eau minérale de 5 litres à l’extérieur du parc où c’est moins cher.
  5. Vous pouvez acheter du carburant uniquement à Twee Rivieren, Nossob et Mata Mata.
  6. Seuls Twee Rivieren, Nossob et Mata Mata ont des magasins vendant de l’eau en bouteille, de la nourriture de base/des articles de toilette et du bois de chauffage.
  7. Prévoyez au moins une promenade guidée tôt le matin (313 R par personne, pas d’enfants de moins de 16 ans) ou une promenade au coucher du soleil / nuit (181 R par personne, moitié prix pour les enfants) pendant votre visite.
  8. Si vous vous aventurez sur un sentier en 4×4, prenez un filet pour protéger votre radiateur et dégonflez vos pneus à 1,6 bar ou moins pour ne pas rester coincé dans le sable épais. Pour des raisons de sécurité, voyagez avec au moins deux véhicules.
  9. Il s’agit d’un parc transfrontalier, mais si vous souhaitez quitter le parc ailleurs que par votre entrée, vous devez effectuer les formalités d’immigration à Twee Rivieren/Two Rivers et rester au moins deux nuits dans le parc.
  10. Kgalagadi n’est pas une zone à haut risque de paludisme, mais utilisez des répulsifs et couvrez-vous à l’aube/au crépuscule en été.

Meilleur moment pour visiter Kgalagadi

Tout moment est bon, selon ce que vous aimez. Septembre-novembre, la fin de la saison sèche, amène les animaux aux points d’eau et de nombreux oiseaux migrateurs. Janvier/février offre beaucoup d’action, de bonnes observations de rapaces et quelques orages électriques, si les températures de 45 à 50 degrés ne vous dérangent pas. Si les pluies ont été bonnes, mars peut montrer un côté plus vert au parc et c’est bon pour l’observation des oiseaux. Évitez juin/juillet, si vous détestez avoir froid ; les températures nocturnes peuvent chuter à 0 ou -10 degrés, bien que les journées soient ensoleillées.

gnou bleu

Que rechercher lors d’un safari au parc

Vous apercevrez presque certainement des lions du Kalahari à crinière noire et peut-être même un léopard, mais laissez vos envies de “Big Five” à la maison car il n’y a pas d’éléphant, de rhinocéros ou de buffle ici. Au contraire, profitez des oiseaux de proie, du guépard, de l’hyène, du blaireau, du renard à oreilles de chauve-souris, du suricate et de petites créatures comme les rats siffleurs et les geckos.

Où séjourner pour visiter le parc transfrontalier de Kgalagadi

1. Séjourner en Afrique du Sud

Les camps touristiques de SAN Parks (Twee Rivieren, Nossob, Mata Mata) proposent des chalets et des campings indépendants, tandis que leurs six camps sauvages plus chers et plus exclusifs (Gharagab et Bitterpan pour 4×4 uniquement) ne sont pas clôturés pour une expérience proche de la nature.

Le Xaus Lodge privé est une option de luxe entièrement équipée. Prononcé « kaus », le lodge est un endroit pour découvrir un environnement désertique unique, offrant un hébergement dans le parc transfrontalier de Kgalagadi aux éco-touristes et aux visiteurs de cette zone sauvage du Kalahari. Un espace de vie unique, les points forts du lodge comprennent un salon confortable avec une cheminée, une boutique d’art et d’artisanat, une grande terrasse d’observation parfaite pour observer les étoiles, une piscine rafraîchissante et un feu réconfortant dans le boma, parfait pour profiter de la beauté du silence de la nuit.

Kgalagadi Lodge en dehors du parc, à 5 km au sud de Twee Rivieren, propose des chalets indépendants, un camping avec des installations privées et un bon petit restaurant.

2. Séjourner au Botswana

Le Département de la faune et des parcs nationaux du Botswana (DWNP) propose un camping de brousse non clôturé avec des toilettes sèches à Rooiputs et Polentswa, et sur une gamme de sentiers de plusieurs nuits à travers les dunes. Vous devez avoir un 4×4, apporter toute votre eau et être entièrement autonome. A l’autre extrémité se trouvent les nouveaux lodges privés en pension complète à Rooiputs et Polentswa.

Ajouter un commentaire