PARTAGER
Homebush Bay

La banlieue aisée de Homebush Bay, sur la rive sud de la rivière Parramatta, à l’ouest de Sydney, était autrefois le terrain d’abandon pour une large gamme de déchets industriels, y compris quelques navires désarmés. Les entreprises privées devaient payer une redevance mensuelle à la Commission des services maritimes, et remorquer les vaisseaux qui avaient survécu à leur durée de vie dans le but de les briser pour récupérer l’acier et les pièces qui pouvaient être réutilisés. Les opérations de démolition des navires ont commencé en 1966, mais ont fini prématurément avant que tous les navires amarrés dans la baie ne soient démantelés. La coque d’au moins quatre navires et les restes de plusieurs péniches et bateaux plus petits sont encore visibles dans Homebush Bay. Ceux-ci sont protégés en vertu de la Loi sur les épaves historiques de 1976, qui s’applique à tous les bateaux naufragés de plus de 75 années. Une des épaves les plus photogénique est celle du SS Ayrfield.

Homebush Bay

Le SS Ayrfield a commencé sa vie comme SS Corrimal à Grangemouth Dockyard Company au Royaume-Uni en 1911. C’était une coque en acier de 1140 tonnes et de 70m de long. Le SS Corrimal a été acheté par le Gouvernement du Commonwealth et utilisé pour transporter des fournitures aux troupes américaines stationnées dans la région du Pacifique pendant la seconde guerre mondiale. En 1950, il a été vendu aux raffineries de pétrole Australia Pty Ltd et en 1951 vendu au Miller Steamship Company Ltd et rebaptisé Ayrfield. Il a été désarmé en 1972, et envoyé à Homebush Bay pour être démantelé.

Homebush Bay

La démolition des navires a cessé ses activités avant que le SS Aryfield ne soit démonté. Maintenant abandonné et se trouvant dans les eaux peu profondes de Homebush Bay, le navire est devenu la maison d’une luxuriante forêt flottante miniature.

Homebush Bay

Crédits : Amusing Planet, Brent Pearson/Flickr, Steve Dorman/Flickr, Gafa Kassim/Flickr, Travis Chau/Flickr, Tina Reynolds/Flickr et Rodney Campbell/Flickr.

Booking.com
PARTAGER