Culture et coutumes dominicaines

Culture et coutumes dominicaines : bon à savoir

Vous voulez apprendre à rencontrer les habitants, à trouver votre chemin, à commander un plat au restaurant, à parcourir les villes et à marchander ? Lisez la suite…

L’un des noms indigènes Taíno pour l’île d’Hispaniola est Quisqueya – “Mère de toutes les terres”, il semble donc normal qu’aujourd’hui la culture dominicaine moderne soit influencée par des cultures du monde entier.

Le peuple dominicain était à l’épicentre de la colonisation massive des Amériques – survivant aux invasions, à la guerre civile et à la dictature. Ils étaient les natifs de Taíno, les esclaves africains, les marchands hollandais et les pirates français qui deviendraient les divers peuples que vous verrez aujourd’hui, vivant libres dans une nation indépendante.

Au cœur de la culture dominicaine se trouve un esprit de bonheur, de vie facile et de famille, et les Dominicains sont fiers de leur héritage de musique, de danse et de sazón criollo (“épices dominicaines”).

Coutumes de base dominicaines

Si c’est votre première visite en République Dominicaine, un peu de connaissance de la culture et des coutumes dominicaines renforcera votre confiance pour sortir, rencontrer les habitants, trouver votre chemin, commander au restaurant, marchander, etc.

Espagnol : c’est la langue officielle du pays, et si vous ne connaissez pas déjà les bases, apprendre l’espagnol de voyage essentiel avant votre arrivée est une excellente idée.

La sieste et les heures d’ouverture : les Dominicains ne plaisantent pas à l’heure du déjeuner. Lorsque l’horloge sonne à midi, vous verrez les piétons et la circulation presque frénétique se précipiter chez eux, au Comedor local (“restaurant”), ou à l’endroit le plus proche qui sert une assiette traditionnelle de poulet, de riz et de haricots – appelé La bandera ou “Le drapeau”.

Presque toutes les entreprises dominicaines, grandes et petites, ferment leurs portes de 12h00 à 14h00, pour une petite sieste après le festin. S’il n’y a pas d’heure de sieste, les Dominicains peuvent sembler bouleversés – gardez cela à l’esprit si vous êtes avec un guide ou en excursion à l’heure du déjeuner, et attendez-vous à une longue pause vers midi.

Buenos Dias : lorsque vous entrez dans une entreprise, un magasin ou une maison (même la vôtre), il est de coutume de vous présenter en disant Buenos Dias ! (bonjour), Buenas Tardes ! (bonjour), et Buenas Noches ! (bonsoir). Ne pas donner ces salutations sera considéré comme très impoli, mais heureusement, c’est une coutume facile à maîtriser : il suffit de crier un bon “Buenos Dias !” et presque tout le monde répondra à l’unisson “Buenos Dias !” avec enthousiasme.

Fêtes religieuses : la liberté de religion fait partie de la constitution dominicaine, mais les chrétiens (catholiques, protestants et évangélistes) représentent 80 % de la population, et les fêtes religieuses chrétiennes jouent un grand rôle dans le calendrier annuel et la vie sociale dominicaine. Les jours les plus célébrés sont :

  • Semana Santa (Semaine Sainte/ vacances de printemps)
  • Corpus Cristi (Corps du Christ)
  • Dia de San Andres (fête du lancer d’œufs)
  • Dia de La Altagracia (Vierge d’Altagracia)
  • La Navidad (Noël) et Los Reyes (Jour des Rois Mages)

Lors de chacune de ces festivités, les Dominicains ont tout le week-end pour passer du temps avec leur famille et leurs amis qui vivent dans d’autres régions.

Le transport en République Dominicaine

Le transport peut être un peu risqué ici, car vous verrez des conducteurs et des motocyclistes griller des feux rouges, conduire du mauvais côté de la route, se garer sur les trottoirs et enfreindre à peu près toutes les règles de la route qui peuvent être enfreintes.

Mais cela se fait, voici donc les méthodes de transport dominicaines :

Motoconcho : les tristement célèbres Motoconchos ou moto-taxis, se trouvent dans tout le pays aux coins des rues, devant les commerces et les écoles, ils sont le transport de choix pour la majorité des Dominicains. Ils sont rapides, bon marché et accessibles aux citoyens à faible revenu. La capitale du Motoconcho est sans aucun doute la ville de Puerto Plata, où chaque jour la route ressemble à une scène de bataille de Star Wars, avec des motos filant dans toutes les directions.

GuaGuas ou Carritos : les guaguas (gwa-gwa) ou mini-bus et les carritos (petites voitures) sont le moyen de transport préféré des habitants de l’île. Les mini-fourgonnettes et les voitures (principalement des Toyota Camry pour la fiabilité) avec le nom ou la lettre de votre ville dessus, prennent et déposent des passagers tous les trois ou quatre pâtés de maisons. Les Guaguas et les Carritos sont souvent remplis selon une interprétation lâche de la capacité de sécurité, pouvant accueillir jusqu’à six personnes à l’arrière et deux du côté passager à côté du conducteur. Si vous prenez un siège, préparez-vous à prendre plus de passagers au fur et à mesure et préparez-vous à ce que cela devienne bruyant et inconfortable avant d’arriver là où vous allez.

Marchandage et pourboires

Le marchandage est attendu presque partout sauf dans les supermarchés et les banques. Une bonne règle est de toujours négocier un prix avant de sauter dans un taxi ou d’accepter d’acheter quelque chose. Pour marchander avec succès, les habitants recommandent d’apprendre l’espagnol essentiel, d’avoir des pesos, d’avoir de la petite monnaie (y compris des pièces de monnaie), d’être amical et poli, et de commencer avec environ la moitié du premier prix qu’un vendeur vous propose avant de négocier vers un juste milieu.

Découvrez aussi :
La grotte des Merveilles en République Dominicaine

Il se peut qu’on vous demande une « propina » (pourboire en espagnol) par des personnes qui vous proposent de vous rendre service, notamment en vous indiquant votre chemin. Gardez une poignée de pièces avec vous pour ces occasions et donnez-en quelques-unes pour exprimer votre gratitude. Si vous voulez éviter de donner un pourboire pour ces petites faveurs, il est préférable de dire poliment “no, gracias” et de refuser l’aide en premier lieu.

Musique dominicaine, festivals et gastronomie

Avec une diversité d’ethnies africaines, européennes et taïnos, vous pouvez vous attendre à ce que la culture dominicaine soit vibrante, colorée et épicée. Les Dominicains adorent danser, faire la fête et cuisiner aussi souvent que possible, s’amusant quel que soit leur budget. L’idée est simplement de vivre la vie, et de bien la vivre.

Lorsque la nuit tombe, les gens descendent dans les rues et les lieux locaux, écoutant les rythmes tropicaux qui donnent le ton à la vie nocturne dominicaine.

musique dominicaine

La musique dominicaine

Merengue : le merengue est la musique qui représente le mieux la République dominicaine, avec des sons festifs de la tambora (tambour indigène), de la guira (grattoir métallique), des accordéons et du piano. Et sans oublier les choristes.

Bachata : autrefois considérée comme une musique tabou qui n’était jouée que dans des clubs clandestins et des cabarets, la Bachata a gagné en popularité dans les années 90 pour sa danse simple à 1, 2, 3 pas que tout le monde peut apprendre. Oui, même vous ! Recherchez les mentions de bachata dans les clubs, entrez et essayez quelques pas.

Salsa : originaire de Porto Rico, la salsa fait partie de la scène musicale dominicaine depuis des décennies. Surtout à Saint-Domingue, vous verrez des gens danser la salsa dans les rues et les colmados locaux (épiceries).

Dembow : une musique électrique et entraînante issue du reggae jamaïcain et du reggaeton portoricain. C’est la musique la plus populaire parmi les jeunes et elle ne montre aucun signe de ralentissement.

Les festivals dominicains

Festival de meringue : le Santo Domingo Merengue Festival, c’est deux semaines de fête dédiées à la danse nationale de la République dominicaine, le merengue.

Pendant deux semaines chaque été (de fin juillet à début août), les meilleurs danseurs de merengue du monde dansent avec les meilleurs groupes musicaux de merengue du monde dans toute cette magnifique ville des Caraïbes. Ce festival d’une quinzaine de jours remplit la capitale des rythmes du merengue, de la bachata, du boléro, du reggaeton, de la salsa et plus encore. La plupart de l’action se déroule sur le Malecón, mais les visiteurs peuvent assister à des événements connexes dans toute la ville.

Le festival de danse merengue est généralement organisé chaque année par la société qui brasse la populaire bière Presidente et accueille les plus grands noms du pays dans le secteur avec des légendes telles que : Fernando Villalona, ​​Mili Quezada et Los Hermanos Rosario.

Carnaval en février : chaque week-end du mois de février, les Dominicains se préparent pour le Carnaval, le plus grand festival de l’année, lorsque les gens revêtent des costumes traditionnels qui représentent la culture indigène et Taíno. Un costume très populaire qui se démarque est le Diablo Cojuelo, un diable masqué avec des cornes à pointes. Ils peuvent être un peu effrayants au début, mais ils sont inoffensifs.

La cuisine dominicaine

Petit-déjeuner : les Dominicains sont constants quand il s’agit du petit-déjeuner. Nous parlons de purée de plantains (Mangu) avec des oignons frits sur le dessus, des carrés de fromage frits (Queso Blanco), de minuscules saucisses ou du salami dominicain (Salchichón) et une tranche d’avocat.

Déjeuner : El Almuerzo (heure du déjeuner). À la maison, les Dominicains préparent généralement une énorme casserole de riz et de gandules (pois cajan), du Pollo Guisado (poulet à la sauce tomate) et une salade de laitue verte avec plus d’avocat. Vive l’avocat !

Pendant que vous êtes ici, ne manquez pas d’essayer le vrai fast-food dominicain, comme le Pica-Pollo (KFC dominicain), avec des tostones ou des frito verdes (chips de plantain frits).

Dîner : c’est le seul repas où les Dominicains mangent légèrement – généralement du jambon grillé, du fromage et du ketchup comme un sandwich au fromage grillé, peut-être avec un verre de jus de fruit de la passion. Si vous dînez au restaurant, une commande de dîner typique est Carne Salada, une viande salée sèche qui est frite et servie avec un côté de tostones, ou peut-être Yuca, un autre aliment de base dominicain.

Le baseball en République Dominicaine

Le baseball (ou la pelote, comme on l’appelle ici) est le sport officiel de la République dominicaine. Malgré la petite taille de cette nation insulaire par rapport aux États-Unis, les Dominicains représentent plus de dix pour cent des joueurs de la Major League dans la Major League Baseball américaine !

baseball

Les parents enseignent aux jeunes enfants comment jouer, encourageant toujours la prochaine génération de talents de classe mondiale à gravir les échelons de la ligue dominicaine. Être un joueur de baseball est un grand honneur ici en République dominicaine, et de nombreux jeunes peuvent être vus s’entraîner pendant leur temps libre, rêvant de devenir champions.

Ici, en République dominicaine, la ligue majeure voit six équipes provinciales s’affronter chaque année d’octobre à fin décembre. Regarder un match est une merveilleuse façon de s’impliquer dans la culture dominicaine.

Ajouter un commentaire

Booking.com
chasse voyage