cathédrale d'amalfi

Cathédrale d’Amalfi / Duomo di Amalfi

La cathédrale d’Amalfi (duomo di Amalfi), principal lieu de culte catholique de la ville du même nom, est une structure datant du 9ème siècle avec des caractéristiques architecturales allant du roman au baroque en passant par le rococo. La cathédrale est dédiée à l’apôtre Sant’Andrea. Principalement de style architectural roman arabo-normand, elle a été remodelée à plusieurs reprises, ajoutant des éléments romans, byzantins, gothiques et baroques. La cathédrale comprend la basilique attenante del Crocifisso datant également du 9ème siècle. En outre, vous pouvez y trouver la crypte de Sant’Andrea (Cripta di Sant’Andrea) et le célèbre cloître du paradis (Chiostro del Paradiso).

Informations pratiques

Adresse : piazza Duomo, 84011 Amalfi SA
Tel : +39089.871324
Office du tourisme d’Amalfi
Tarif : 3€ (gratuit pendant les offices religieux)

Heures d’ouverture de la cathédrale d’Amalfi :

  • Tous les jours de mars à juin de 9h00 à 18h45.
  • Tous les jours de juillet à septembre de 9h00 à 19h45.
  • Tous les jours de novembre à février de 10h00 à 13h00 et de 14h30 à 16h30.

Histoire de la cathédrale d’Amalfi

La cathédrale d’Amalfi est un complexe architectural qui comprend deux basiliques communicantes, une crypte inférieure, l’escalier menant au hall d’entrée, le clocher et le cloître du paradis (Chiostro del Paradiso). Le noyau original de la cathédrale d’Amalfi se trouve dans la plus ancienne basilique du “Crucifix” face au nord avec l’entrée à l’ouest et l’autel face à l’est. La structure de la cathédrale remonte à la fin du 9ème siècle et peut être facilement identifiée lorsque vous vous rendez dans la plus grande nef, tandis que celle de droite sert également de lien avec l’autre basilique.

La cathédrale est dédiée à l’apôtre Saint-André et est la cathédrale de l’archevêque depuis 987, tandis que pour établir avec certitude l’origine du diocèse d’Amalfi, nous pouvons nous fier à une lettre que le pape Grégoire le Grand a envoyée en 596 après JC. au recteur des Églises de Campanie avec qui il a appelé l’évêque de la Civitas Amalfitana à rester au siège. La position dans laquelle la cathédrale d’Amalfi a été construite est stratégique non seulement parce qu’elle est au centre du reste de la ville, permettant un développement urbain ordonné, mais elle l’a protégée des attaques ennemies.

Le plateau élevé à 20 mètres au-dessus de la mer est fait de pierre ponce volcanique très dure et résistante, dans le jargon les producteurs l’appellent “torece”.

Il ne reste que peu de chose de la disposition originale de la cathédrale d’Amalfi, si ce n’est des colonnes et des chapiteaux récupérés dans des édifices romains et transportés par mer depuis des pays lointains. L’histoire de la cathédrale d’Amalfi est constituée d’une série infinie de transformations et de rénovations commandées par les archevêques qui en ont fait l’imposant bâtiment qui se révèle à nos yeux sans trop de secrets.

Au cours du 9ème siècle, l’empreinte paléochrétienne de l’église du Crucifix a cédé la place à celle de style roman, mais la modification n’a pas été achevée, même l’œil moins expérimenté note l’intention de l’architecte de préserver les barrières, les balustrades et les splendides portails en marbre byzantin et lombard avec des cordes entrelacées, des figures d’animaux et des motifs floraux en spirale.

la cathédrale d'amalfi

L’intérieur de la cathédrale

L’intérieur de la cathédrale, au plafond à caissons, est caractérisé par une nef centrale, caractérisée par le grand crucifix en bois du 18ème siècle; au-dessus, sur l’autel, il y a la toile du martyre de saint André; deux colonnes majestueuses de granit égyptien soutiennent l’arc de triomphe, plus loin, deux colonnes de torture et les deux chaires. Dans le bas-côté gauche se trouve la croix en nacre, apportée de Terre sainte par Mgr Marini, à côté du baptistère en porphyre rouge égyptien et, en descendant la nef, dans les chapelles latérales, des toiles de Silvestro Mirra et de ses élèves. Dans le bas-côté droit, nous trouvons le buste reliquaire de Saint-André du 16ème siècle et, sur la porte, une grande toile représentant S. Andrea et S. Matteo.

La crypte de la cathédrale d’Amalfi

À l’intérieur de la crypte se trouve le corps de Saint André, premier disciple de Jésus et saint patron d’Amalfi. Après le martyre de Saint-André, selon la tradition, ses reliques ont été déplacées de Patras à Constantinople. Les légendes locales disent que les reliques ont été vendues par les Romains. Elles y sont restées jusqu’en 1208 lorsque, lors de la quatrième croisade, les reliques ont été apportées à Amalfi par le cardinal Pietro Capuano, originaire d’Amalfi.

La crypte est maintenant présentée sous la forme baroque datée de 1600 avec des scènes de la Passion de Jésus, entourées de riches et élégantes décorations en stuc. L’autel central, en marbre précieux, est l’œuvre de Domenico Fontana. La grande statue en bronze est l’œuvre de Michelangelo Naccherino. A côté se trouvent les statues en marbre représentant San Lorenzo et Santo Stefano. Les reliques sacrées sont enfermées dans une urne en argent, placée sous l’autel central, œuvre de Domenico Fontana.

cathedrale amalfi crypte

L’extérieur de la cathédrale

Dominant la ville côtière, au sommet d’un escalier suggestif, se trouve la magnifique mosaïque, riche en formes et en couleurs vives, qui couvre la façade de la cathédrale et représente le Christ intronisé au milieu des évangélistes. La cathédrale possède un splendide clocher roman, achevé en 1276, recouvert de majolique en mosaïque et restauré en 1929. Au-delà du portique se trouve la porte d’entrée en bronze de la cathédrale, en provenance de Constantinople, offerte par un patricien originaire d’Amalfi.

Le cloître du Paradis

La visite de la cathédrale d’Amalfi se termine par un arrêt au Cloître du Paradis qui a été ordonné par l’archevêque Filippo Augustariccio pour servir de cimetière aux nobles.

Le cloître est relié au palais de l’archevêque et rattaché à la basilique de l’Assomption. Dans ce cimetière se trouvaient six chapelles appartenant à des familles nobles et abritant les beaux restes des plus illustres représentants.

cloitre du paradis amalfi

Il y a cinq sarcophages importants qui ont résisté à l’inexorable passage du temps : le premier représente l’enlèvement de Proserpine, le second représente en relief le mariage de Pélée et Téti tandis que sur le côté se trouvent Romulus et Remus allaités par la louve avec l’inscription suivante “Cesarius de Alaneo de Amalfia – MCCXL”, un autre sarcophage romain porte le nom de Publio Ottavio Rufo, puis il y a celui qui porte les armoiries de la famille Favaro, et enfin celui de Pietro Capuano, archevêque d’Amalfi mort en 1359 avec des images du Christ avec les douze apôtres et la Madone.

Dans le cloître, il y a des fresques d’importance variable sur le plan historique et artistique, celle représentant la Crucifixion de l’école Giotto est unique. Au centre du Cloître, aussi de style arabe, il y a un jardin avec des palmiers qui a probablement été construit après la restauration en 1908 car il avait été abandonné depuis le début du 17ème siècle.

cloitre du paradis amalfi

Ajouter un commentaire