PARTAGER
mission humanitaire

En tant que travailleur de l’aide humanitaire, vous serez en voyage dans certaines des régions les plus pauvres et les plus dangereuses du monde, car vous fournissez une aide essentielle aux personnes des zones soumises à des catastrophes naturelles ou à la guerre. Cette aide peut également venir sous forme de travail missionnaire aux personnes des pays du tiers monde. Dans toutes ces situations, en tant que travailleur humanitaire, vous rencontrerez un risque pour la santé supérieur à celui qui voyage dans une région en tant que touriste. Par conséquent, les précautions appropriées pour le pré-voyage sont encore plus essentielles, et voici cinq conseils pour maintenir votre propre santé pendant le temps que vous consacrez à l’assistance aux personnes dans le besoin.

Se préparer à partir

Une fois que vous êtes passé par la case « choisir sa mission maintenant » et que vous savez que vous allez partir à l’étranger, vous devriez consulter un spécialiste de la santé en voyage. Il peut vous fournir des informations précieuses sur la région dans laquelle vous allez voyager et les risques pour la santé que vous allez sans doute rencontrer. Le spécialiste peut alors vous aider à protéger votre santé en vous fournissant des vaccinations appropriées, des médicaments et des composants essentiels pour votre trousse de voyage (tablettes d’épuration de l’eau, anti-moustiques, écran solaire…).

Emballer votre nécessaire de voyage

En tant que travailleur de l’aide humanitaire, vous devrez vous assurer que vous disposez de toutes les fournitures essentielles pour protéger votre propre santé à l’étranger, car ces articles ne sont pas susceptibles d’être largement disponibles dans votre destination. Certains des éléments que vous devriez emballer comprennent :

  • Comprimés de purification d’eau et / ou système de filtration, si les sources d’eau peuvent être compromises
  • Anti-moustiques et moustiquaires, dans les zones sujettes particulièrement au paludisme
  • Crème solaire et chapeau
  • Gants de protection et lunettes de protection
  • Masque protecteur, dans les zones sujettes à une maladie contagieuse
  • Trousse de premiers secours
  • Médicaments pour la prévention de la diarrhée des voyageurs

Gérer vos niveaux de stress

En entrant dans une zone sinistrée, il est fréquent de devenir émotionnellement stressé par les personnes et les situations que vous rencontrez. Assurez-vous d’apporter des photos familiales avec vous afin que vous puissiez maintenir une connexion avec le monde que vous avez laissé derrière vous. Beaucoup de travailleurs humanitaires trouvent que tenir un journal de leurs expériences est un excellent moyen d’atténuer le stress pendant la situation, et cela peut être une source inestimable d’informations pour les futures missions. Le contact avec vos proches peut également être une autre façon de gérer le stress et de maintenir une communication essentielle avec vos proches.

Minimiser le risque de blessure

Si vous êtes dans une zone qui vient de souffrir d’une catastrophe naturelle, vous faites face au risque physique supplémentaire de blessures causées par des effondrements de bâtiments instables ou des blessures causées par la chute de débris. Restez attentifs à votre entourage et aux dangers que vous pourriez rencontrer au fur et à mesure que vous vous rendez dans la communauté pour aider. Si vous êtes blessé sur place, même si c’est quelque chose d’aussi simple qu’une petite coupure, cherchez l’attention du personnel médical voyageant avec vous afin de minimiser les risques d’infection. Soyez aussi vigilent aux animaux dangereux dans certains pays.

À votre retour

Lorsque vous rentrez chez vous de votre séjour, prenez connaissance de votre propre état de santé. Si vous rencontrez des symptômes médicaux indiquant que vous avez peut-être été exposé à une maladie pendant votre voyage, faites-vous examiner par un professionnel de la santé dès que possible.

Familiarisez-vous avec les symptômes de la dépression. Plus de 30% des travailleurs humanitaires souffrent de dépression après leur retour à la maison d’une aide humanitaire. Si vous croyez que vous souffrez de dépression à votre retour, cherchez des conseils afin que vous puissiez mieux faire face au problème.

Votre service d’aide humanitaire est d’une grande valeur pour ceux que vous aidez. Le maintien de votre propre santé physique et émotionnelle revêt une importance capitale, c’est ainsi que vous pouvez continuer à fournir des services de soutien aux personnes dans le besoin en cas de crise.

Rappelez-vous : le maintien de votre propre santé est la meilleure façon de vous assurer que vous pouvez aider d’autres personnes.

PARTAGER