Que voir à Fuerteventura

Que voir à Fuerteventura : les visites incontournables

Fuerteventura est un endroit qui va vous surprendre. C’est l’île la plus sauvage et la plus désertique des îles Canaries et son répertoire de paysages ne manque pas de volcans, de plages paradisiaques ou de spectaculaires montagnes rougeâtres. Alors si vous vous demandez que voir à Fuerteventura, continuez votre lecture.

La chose la plus remarquable à propos de l’île sont ses plages, cataloguées comme les meilleures d’Espagne, mais aussi dans le monde. Elle possède aussi une immense renommée mondiale comme haut lieu du surf.

Mais à Fuerteventura, il y a aussi des villes charmantes, des points de vue incroyables sur les montagnes et une gastronomie qui vous fera tomber amoureux de l’île.

Que voir à Fuerteventura : les visites incontournables de l’île

Si vous êtes un amateur de plage et que vous ne connaissez toujours pas Fuerteventura, sachez qu’elle possède certaines des meilleures plages des Canaries. En plus des plages, vous trouverez des villes chargées d’histoire, des moulins à vent entre des routes arides et sinueuses, des dunes longues de plusieurs kilomètres et une gastronomie à se lécher les doigts. Dans cet article, vous trouverez tout ce dont vous avez besoin pour visiter Fuerteventura par vous-même ! Pour vous faciliter la localisation et le classement des lieux d’intérêt à Fuerteventura, je les ai classés en Nord, Centre et Sud.

QUE VOIR À FUERTEVENTURA DANS LE NORD DE L’ILE : CORRALEJO, El COTILLO, Isla de LOBOS, PLAGES et MOULINS

1. Parc Naturel de Corralejo : les dunes de Corralejo

Les plus grandes dunes des îles Canaries se trouvent à Fuerteventura. Le paysage doré longe la route côtière FV-1a sur plus de dix kilomètres constitués de plus de 2 600 hectares. Ce champ de sable est d’origine marine puisqu’il provient de la désagrégation et de la pulvérisation de coquillages (ou d’autres organismes marins à squelette externe rigide) que le courant a déposés sur la côte nord de l’île et qui se déposent sur des coulées de basalte.

La meilleure chose à faire ici est de se promener dans les dunes dorées et d’admirer le contraste avec le bleu de l’océan Atlantique, de se baigner dans l’une des incroyables plages du parc naturel ou de gravir les 300 mètres jusqu’au volcan Montaña Roja pour admirer d’en haut les îles voisines de Lanzarote et Graciosa.

Évidemment, étant donné tant de beauté, il faut s’arrêter avec la voiture sur le bord de la route pour se lancer à la recherche de cette photo typique dans laquelle il semble que nous voyagions à travers un désert. Si vous le pouvez, essayez de faire coïncider la visite au coucher ou au lever du soleil. Vous ne le regretterez pas !

Malheureusement, même le parc naturel des Dunes de Corralejo n’est pas épargné par la maltraitance animale puisque nous avons vu que des promenades à dos de chameau y sont faites et promues. Veuillez ne pas être complice de ce type d’activité.

2. Grandes plages de Corralejo

Corralejo est l’une des deux villes que je recommande pour séjourner dans le nord de l’île, dans sa vieille ville il y a des options pour tous les goûts et tous les portefeuilles. C’est une ville avec une atmosphère de plage, car elle a une petite plage aux eaux cristallines en plein centre, et de nombreux restaurants et bars pour profiter de la nuit, au retour d’une journée.

La ville possède également plusieurs magasins qui sont concentrés (la plupart d’entre eux) dans une longue rue commerçante (Avenida Nuestra Señora del Carmen). Cette rue regorge de boutiques de toutes sortes, des parfumeries duty free aux glaciers !

Au sein du parc naturel se trouvent les Grandes Playas de Corralejo : plus de 9 km de plages et de criques de sable fin avec des vues privilégiées sur l’îlot de Lobos parsemées de quelques postes de garde colorés. Dans tout le parc, vous trouverez des plages pour tous les goûts, depuis de vastes zones sablonneuses où les sports nautiques tels que le surf ou le kitesurf sont pratiqués ; aux plages qui sont aux portes de l’immense Hôtel Riu, très familial.

Mais c’est une fois passé l’hôtel, que se trouvent les petites criques, beaucoup plus sauvages et plus calmes que les plages précédentes. Playa del Dormidero, del Moro (ci-dessous) ou La Alzada sont quelques-unes de ces belles criques qui resteront gravées sur votre rétine.

que faire à fuerteventura

3. Isla de Lobos

A seulement 15 minutes en bateau se trouve cet îlot de plages turquoises : Isla de Lobos.

C’est un incontournable à Fuerteventure et cela vaut la peine d’investir une demi-journée pour connaître l’île où vivaient les lions de mer (avant qu’ils ne s’éteignent dans les années 20 du siècle dernier) et maintenant c’est le lieu de vie de juste 4 habitants descendants d’Antoñito le gardien du phare. Ce sont 4,5 kilomètres carrés de paix et de pur paradis.

La plage de la Concha sur l’îlot de lobos fait partie des meilleures plages de Fuerteventura car elle est totalement abritée du vent avec une mer calme qui invite à la baignade.

En explorant l’île vous arrivez à la plage de Puertito, une authentique piscine naturelle aux eaux chaudes et de couleur bleue philippine. Vous pouvez également marcher jusqu’à la Caldera (127 m d’altitude) et le phare de Martiño (à environ 5 km de Puertito, à environ 3 km de l’embarcadère) et profiter du panorama incroyable sur Fuerteventura, Lanzarote et l’île de Lobos elle-même depuis le sommet de ce volcan.

Étant un petit îlot, le tour de l’île (par le chemin circulaire) peut être complété en environ 3 heures et demie avec des arrêts. Le chemin est simple et balisé sans trop de pentes (sauf si vous montez à la Caldera) mais attention de ne pas rater le dernier bateau.

Alors comment se rendre dans ce paradis ?

Pour accéder à ce petit bout de terre idyllique il faut réserver à l’avance car il y a un quota journalier maximum pour y aller le matin ou l’après-midi. Je vous recommande, comme toujours, de vérifier au préalable la météo et les vents.

De plus, si vous souhaitez partir seul, vous devrez demander l’autorisation obligatoire pour visiter l’île et elle ne peut être demandée plus de 3 jours à l’avance. Le plus simple est de réserver en ligne et qu’ils gèrent tout pour vous. Que vous réserviez la sortie à la journée (qui comprend un arrêt snorkeling avec le matériel) ou que vous preniez simplement le ferry, la gestion de l’autorisation est incluse dans le prix. Vous avez également la possibilité de faire une excursion en catamaran pour explorer les environs de l’île de Lobos (avec collations, open bar et kayaks inclus) ou de prendre un bateau-taxi, mais le permis n’est pas inclus.

ferry ile de lobos
Le ferry pour l’île de Lobos au départ de Corralejo

4. El Cotillo et ses plages

El Cotillo est une ville avec une atmosphère de surfeur et un parfum d’été qui vous invite à ralentir. Bien qu’il y ait moins d’options d’hébergement et moins de restaurants, elle est très intéressante pour séjourner à Fuerteventura : plus authentique et moins touristique que Corralejo. Bien sûr, El Cotillo n’est pas si proche de plusieurs des points d’intérêt du nord de l’île, mais en voiture jusqu’à Corralejo, cela prend moins d’une demi-heure.

Le réseau de petites rues blanches surplombant la mer, la tranquillité, les quelques mais très bons restaurants et les couchers de soleil que cette ville offre sont quelques-unes des principales raisons qui ont fait d’El Cotillo une des meilleures villes de l’île.

5. Plages au nord d’El Cotillo : La concha et Los Charcos

Au nord de Cotillo, il y a des plages aux eaux calmes et détendues, comme Playa de la Concha, et si vous continuez vers le nord, il y a celles connues sous le nom de “Playas de los Charcos”, de petites plages où se forment des flaques ou des piscines naturelles, idéales avec des enfants. Les week-ends ont tendance à être assez fréquentés avec des familles locales.

La plage de La Concha, située au nord de Cotillo, est probablement la plage avec l’eau la plus calme de l’île, grâce au fait qu’elle est protégée par un récif naturel. Cette plage, avec peu de vagues et des eaux cristallines, possède également l’un des sables les plus fins et les plus blancs de l’île qui en font une petite caraïbe de 220 mètres de long.

Playa de la Concha fuerteventura

6. Plages au sud d’El Cotillo : Castillo, Aljibe, Águila et Esquinzo

Si vous allez au sud d’El Cotillo, vous trouverez certaines des meilleures plages de l’île : belles, immenses, sauvages entre les falaises, difficiles d’accès et avec la mer la plus forte.

La route n’est pas goudronnée, en quittant El Cotillo, il faut donc y aller lentement, mais les plages en valent vraiment la peine. Il y en a plusieurs, mais les meilleures sont :

Playa del Águila (ou Playa de la Escalera) : je ne sais pas d’où vient le nom (peut-être parce que du haut de la falaise où vous vous garez on voit tout d’en haut avec un oeil d’aigle), mais le second nom (Escalera) est clair, puisque pour descendre à cette plage il y a un escalier construit en ciment. La vérité est que l’escalier est assez endommagé et en mauvais état, il y a donc un certain risque lors de son utilisation (il n’est pas pour tous les publics), mais grâce à cela, moins de gens visitent cette plage et comme elle est si large, il est facile de s’y sentir seul. Attention aux courants ! La mer est assez agitée. Et il est conseillé de venir à marée basse (à Fuerteventura il faut s’habituer à vérifier les marées et le vent).

Playa de Esquinzo : cette plage est un peu plus au sud. C’est le paradis des surfeurs (en fait vous y verrez de nombreux surfeurs), mais dans la zone de gauche, à marée haute et en raison du dénivelé, une sorte de piscine naturelle se forme sur le sable et entre les rochers où vous pourrez prendre un bain relaxant. Le cadre est spectaculaire, entre les falaises. Pour vous y rendre, vous devez emprunter les chemins de terre (vous pouvez les voir sur Google Maps) et vous garer à un endroit en particulier (il y aura sûrement d’autres voitures). Pour descendre, je vous recommande de porter des chaussures adaptées (mieux vaut ne pas porter de tongs), car il faut faire une petite section entre les pierres.

Playa de Esquinzo fuerteventura

7. Lajares

En raison de sa proximité avec El Cotillo, c’est une ville avec une atmosphère jeune et des endroits agréables pour manger ou boire. C’est un peu la “capitale hipster de Fuerteventura”.

Sur le chemin (ou au retour) d’El Cotillo et ses plages, vous pourrez vous arrêter pour le meilleur café de Fuerteventura à El Arco, ainsi que discuter avec Michelle, la propriétaire. Vous pouvez aussi emporter de délicieux croissants pour la plage (très tôt car ils se vendent vite) à El Goloso. Pour prendre un verre après la plage, je vous recommande La Bodega de Lajares, où Sebas, le propriétaire, prendra grand soin de vous (essayez la bière artisanale Ocho Pies), ou à Fuerte Vida, où vous pourrez déguster des arepas vénézuéliennes.

8. Le phare de Tostón

On dit que c’est l’un des meilleurs endroits de l’île pour contempler le coucher de soleil. Il est situé à 5 km de la ville de Cotillo, à Punta Ballena et forme, avec les phares Martiño sur l’Islote de Lobos et celui de Pechiguera, à Lanzarote, un triangle pour marquer le passage des navires à travers le détroit de Bocaina, qui sépare les îles de Lanzarote et Fuerteventura.

Si vous êtes dans la région d’El Cotillo, je vous conseille d’aller voir le Faro del Tostón. En plus d’être situé dans l’un des plus beaux environnements du nord de Fuerteventura, comme les Playas de los Charcos, à ses pieds se trouve le Musée de la pêche traditionnelle.

phare de Tostón

9. La plage Popcorn (Playa de las Palomitas)

Tout près de Majanicho et en suivant le chemin de terre qui part de là, vous arrivez à l’une des plages les plus étonnante de Fuerteventura : la plage Popcorn.

L’origine de cette plage particulière de 850 mètres de long (située dans la Caleta del Hierro) est dans le processus d’érosion des algues calcaires qui se sont érodées sur le rivage se mélangeant au sable et donnant cet effet d’une mer de pop-corn (des rhodolithes).

La vérité est que cette plage est unique au monde et il n’est pas surprenant que de nombreux touristes viennent ici pour prendre des photos amusantes.

Le problème est que les gens sont tout à fait inconscients et nombreux sont ceux qui emportent ces “pop-corn” particuliers comme souvenirs. Les uns après les autres, ils quittent la plage et la mairie a dû lancer une campagne de sensibilisation.

Alors prenez autant de photos que vous le souhaitez, mais laissez les “pop-corn” sur place.

10. La Oliva et les moulins à vent de Villaverde

Vous ne pouvez pas visiter Fuerteventura sans vous approcher d’un des géants qui vivent du vent et dont les silhouettes vous accompagneront sur les routes arides de l’intérieur des terres que vous croiserez en voiture. Vous en verrez beaucoup mais les moulins de Villaverde, une commune voisine de La Oliva, sont parmi les plus photogéniques de l’île.

Saviez-vous qu’il existe une différence entre molino et molina ? Apparemment, le molino est de type castillan et le molina est une invention canarienne conçue sur l’île de La Palma au 19ème siècle qui a réduit les coûts de construction.

Il y a plus de 20 petits géants du vent dispersés autour de l’île qui ont survécu au passage du temps et vous emmènent dans cet autre quotidien d’antan, où ils travaillaient dans les champs de céréales et le célèbre gofio, loin de la mer. Aujourd’hui, ces bâtisses photogéniques du vent, dont la plupart datent des 18ème et 19ème siècles, ont été déclarés site d’intérêt culturel par le gouvernement des îles Canaries.

En dehors des moulins, garez votre voiture et allez vous perdre à La Oliva pour profiter du calme que dégage une ville pleine de charme de l’intérieur de l’île.

11. Volcans : Montaña de Tindaya et Calderón Hondo

TINDAYA : si vous aimez la randonnée et les volcans, au nord de Fuerteventura, vous avez deux endroits qui méritent d’être inclus dans votre liste de choses à faire à Fuerteventura.

La montagne sacrée de Tindaya : située près de La Oliva, on dit que les anciens aborigènes de l’île la considéraient comme sacrée et dotée de propriétés magiques, comme en témoignent les gravures qui y ont été trouvées. Bien qu’elle ne soit pas très haute, elle se distingue par le fait d’être au milieu d’un paysage assez plat et bien sûr, aride, très aride.

Même si vous pouvez monter au sommet (avec autorisation et guide autorisé), je vous recommande de la contempler depuis le Mirador de Vallebrón, juste à côté de la montagne.

De ce point de vue, vous aurez une vue splendide à la fois sur la montagne Tindaya et sur tout le nord-ouest de l’île. Également à Tindaya, vous pouvez visiter la Casa Alta, ainsi appelée parce que c’était la première maison à deux étages à être construite dans la ville. Son architecture est traditionnelle, avec des influences coloniales. C’est actuellement un musée où sont exposées des œuvres liées à la montagne Tindaya.

Calderón HONDO : également au nord de Fuerteventura, on trouve plusieurs volcans alignés (de Lajares vers Corralejo), qui lorsqu’ils sont apparus ont augmenté la surface de l’île et ont également donné naissance à l’Isla de Lobos. L’un de ces volcans est le Calderón Hondo, qui est l’un des mieux conservés et possède un cratère que vous pouvez visiter. L’accès est simple et avec des vues incroyables, avec des itinéraires balisés.

Il est en effet accessible jusqu’à son sommet par des sentiers bien balisés et après une marche assez simple de 40 minutes. Il s’agit d’un volcan avec un cratère de 70 mètres de profondeur et 278 mètres de haut. Une fois au sommet, vous aurez certaines des vues les plus spectaculaires de l’île, pouvant contempler tout le nord de Fuerteventura.

12. Barranco de los Enamorados (ou Barranco de los Encantada)

Cette œuvre d’art géologique de l’île est une sculpture de sable fossilisé par le vent, l’eau et le temps, qui se sont chargés de le sculpter pendant des millions d’années. Bien qu’il soit éloigné de la mer, le Barranco est entouré de grands murs de sables d’origine marine, certains de plus de 20 mètres de haut ! Cette partie de l’île était submergée sous les eaux de l’Atlantique il y a 135 000 ans. Mais une grande activité volcanique au nord a provoqué sa formation, l’île a augmenté de 112 km et l’île de Lobos et les volcans Bayuyo se sont formés.

Voici un itinéraire possible qui prend environ 2h, aller-retour, et il n’y a pas une seule ombre donc si vous voulez aller contempler cette beauté n’oubliez pas d’apporter beaucoup d’eau. Malheureusement, la zone initiale est complètement détruite car les gens, et du nom de “Barranco de los Enamorados”, écrivent leur nom et celui de leur partenaire, avec des cœurs, sur les murs de sable. Comme toujours, je promeus un tourisme durable et responsable, alors si vous visitez ce beau coin, ne le gâchez pas et laissez le moins d’empreinte possible.

13. Plages sauvages du nord : Tebeto, Playa de la Mujer et Jarugo

Si comme moi vous aimez les plages sauvages, avec des falaises et une mer agitée, le nord-ouest de Fuerteventura en a plusieurs pour vous surprendre. En suivant la route qui vous mène à Tindaya, vous pouvez rejoindre des plages spectaculaires avec ces caractéristiques et où vous ne rencontrerez probablement pas grand monde.

Vous pouvez visiter 3 plages : Playa de Tebeto, Playa de La Mujer et Playa de Jarugo. Le chemin pour les atteindre n’est pas asphalté et il est assez rocailleux, il faut donc y aller très lentement et patiemment, mais on y arrive sans problème.

En plus de Tebeto et Jarugo, qui sont les principales (et où vous trouverez plus de monde en été, car de nombreuses personnes locales visitent ces plages), vous verrez plusieurs petites criques et même une piscine naturelle. Leur accès n’est pas facile, mais vous serez seul.

14. Puerto del Rosario

La capitale actuelle de Fuerteventura, bien qu’elle ne soit pas un incontournable de l’île à mon avis, a quelques lieux à visiter, comme l’église de Nuestra Señora del Rosario et la Maison- Musée d’Unamuno (une vieille maison typique des Canaries qui retrace le parcours littéraire de Miguel Unamuno, poète et romancier).

La plage urbaine de Puerto del Rosario (Playa Chica) a un drapeau bleu et, bien que ce ne soit pas mon style de plage (j’aime les plages plus sauvages), c’est une bonne option si vous voulez une plage avec de nombreux services à proximité et des eaux calmes.

Puerto del Rosario

QUE VOIR DANS LE CENTRE DE L’ILE : AJUY, BETANCURIA, PUERTITO de los MOLINOS, CALETA de FUSTE et PLAGES

1. Les falaises et les grottes d’Ajuy

Dans le parc rural de Betancuria, nous trouvons un autre des endroits les plus visités de Fuerteventura, le monument naturel des Cuevas de Ajuy. Il s’agit d’une série de grottes de basalte noir, hautes d’environ 40 mètres et aux formes fantaisistes, situées sur les rives de l’océan Atlantique. On y accède en marchant le long d’un beau sentier qui traverse une spectaculaire dune pétrifiée et longe la côte. Sans aucun doute, l’un des endroits les plus beaux et pittoresques à voir à Fuerteventura.

Ajuy est un paisible village de pêcheurs bien connu pour ses grottes côtières spectaculaires que la mer a façonnées au fil du temps. Ces grottes sont accessibles par un chemin qui part de la plage elle-même et qui à marée basse permet même d’y entrer.

Mais en plus, ce coin a une grande importance du point de vue géologique du fait qu’il s’agit de l’endroit où se trouvent les roches les plus anciennes des îles Canaries, lorsqu’elles ont commencé à se former il y a 70 millions d’années. Lorsque vous descendez aux Grottes, un monument naturel de Fuerteventura, vous vous retrouverez presque dans le noir entre des murs de basalte de plus de 40 mètres de haut et vous vous sentirez tout petit.

2. Betancuria

Betancuria est la plus belle ville de Fuerteventura. Le plus curieux est que cette petite ville, qui ne compte actuellement que 800 habitants, a été pendant cinq siècles la capitale de l’île (jusqu’en 1834) et la première ville répertoriée de toutes les îles Canaries, d’où la quantité d’attractions qui se cachent dans son centre historique.

Ses maisons, d’un blanc immaculé ; la décoration de ses rues, avec des plantes qui ornent chaque coin ; et l’emplacement de la ville elle-même, nichée dans une vallée montagneuse entourée de palmiers, en font l’un des endroits les plus photogéniques de l’île.

Si cette île en elle-même vous invite à ralentir, à oublier votre téléphone mobile et à vous perdre sur ses routes, Betancuria est une petite oasis au sein de ce calme. Pleine de petites ruelles pavées bien entretenues, force est de constater que c’est une ville touristique qui a su conserver son authenticité et son charme.

Betancuria à fuerteventura

3. Arco de las Peñitas et Mirador de las Peñitas

Cette incroyable formation rocheuse au sein du massif de Betancuria (et proche de la ville) ravira les amateurs de photographie. Elle est composée des matériaux les plus anciens de l’archipel des Canaries, formé au fond de l’océan il y a environ 120 millions d’années…

C’est une randonnée de niveau moyen : non pas parce qu’il y a beaucoup de dénivelés ou que c’est une longue marche, avec des vêtements et des chaussures confortables en 40 minutes, vous y êtes. Mais le chemin n’est pas balisé, il faut tirer bien observer et dans la partie finale il y a un peu d’escalade car il n’y a plus de chemin de terre et cela devient un chemin qui saute de rocher en rocher, en s’accrochant comme on peut.

À votre arrivée, vous trouverez cette merveille qui, selon les habitants, a la forme d’une tête d’éléphant et je vous recommande d’arriver au coucher du soleil pour voir comment les rayons du soleil filtrent à travers les ouvertures et teignent tout en orange.

Pensez à apporter beaucoup d’eau, des vêtements confortables, des chaussures adaptées, de la crème solaire et selon l’heure, une casquette pour vous protéger du soleil.

Près de cette œuvre d’art de la nature, également dans le parc rural de Betancuria, vous pouvez visiter le Barranco de las Peñitas où vous pourrez vous rendre au point de vue de Las Peñitas pour contempler ses vues incroyables et une petite et belle église.

4. Puertito de los Molinos

Un petit port avec une petite plage de galets et deux restaurants, où la mer invite à la baignade et où les poissons cohabitent avec… les canards ! Oui, à Puertito de los Molinos il y a des canards ! Vous allez adorer ce coin de l’île, loin du tourisme et du bruit. Ici, vous pouvez entendre la bande sonore de la mer et la conversation d’un voyageur curieux venu goûter les lapas (spécialité locale). Pour y arriver, la bonne nouvelle est que la route est goudronnée, rare dans la plupart des lieux de ce guide pour Fuerteventura. Si vous pouvez rester jusqu’au coucher du soleil, contemplez-le depuis le restaurant ou les rochers.

Puertito de los Molinos

5. Playa del Valle et ses piscines naturelles “Aguas Verdes”

À l’ouest de l’île, se trouve la petite plage de la vallée, avec de fortes vagues et des pierres arrondies. La baignade sur cette plage étant quelque peu dangereuse, il est conseillé de se rendre aux piscines naturelles, appelées “Aguas Verdes”, accessibles à pied depuis la plage.

6. Caleta de Fuste et ses plages

Bien que Caleta de Fuste soit une ville qui, à mon avis, n’est pas aussi intéressante que d’autres sur l’île, c’est une excellente base de séjour en raison de son emplacement stratégique pour être proche à la fois du nord et du sud de l’île.

La couleur de l’eau de Playa de Castillo et de la Playa de la Guira voisine ne laisse personne indifférent et c’est pourquoi je les mentionne. Cela vaut la peine d’éviter l’agitation plus touristique du port de Caleta Fuste pour se baigner ici.

La plage de La Guirra dans la même ville n’a rien non plus à envier à la plage de Castillo. Normalement, cette plage est visitée par les familles locales le week-end. A proximité, il y a une piscine dont on ne peut profiter qu’à marée basse, mais ça vaut le coup d’y aller.

7. Las Salinas del Carmen

C’est un petit village avec une douzaine de maisons autour des seuls marais salants en activité de l’île. Apparemment, ils ont été construits en 1910 et depuis lors, le sel marin est extrait avec la méthode traditionnelle directement pour les restaurants proches.

Si le sujet vous intéresse, vous pouvez vous renseigner sur tout cela au Musée du Sel, qui se trouve juste à côté. Sinon, la vue panoramique sur les maisons colorées des salineros qui vous accueillent avec le sourire et le contraste des montagnes blanches de sel et des montagnes noires de l’île valent le détour. Avant de partir, il y a une petite plage et l’un des meilleurs restaurants de poisson frais de la région : Los Caracolitos.

Las Salinas del Carmen

8. Plages sauvages du centre de l’île

La plage de La Solapa, la plage de Vigocho et la plage de Garcey sont trois plages sauvages spectaculaires où vous pouvez profiter d’une journée sans internet (il n’y a pas de couverture réseau ici) et de la nature dans sa forme la plus pure.

La plage de Garcey est la plus célèbre des trois (et encore peu fréquentée) en raison du naufrage d’un paquebot qui s’est produit ici en 1994. Le bateau échoué sur la plage a attiré quelques visiteurs mais aujourd’hui la seule chose restante est un petit morceau du bateau.

Les plages de Garcey et de Vigocho sont côte à côte, vous pouvez donc visiter les deux.

Tout comme les plages sauvages que je vous conseille dans le nord de l’île, pour vous y rendre il faut emprunter des routes non goudronnées et rouler lentement et très calmement. Elles peuvent être atteintes en prenant son temps, et la patience a sa récompense puisque vous ne rencontrerez pas grand monde.

QUE VOIR À FUERTEVENTURA DANS LE SUD DE L’ILE : COFETE, MORRO JABLE, GRAN TARAJAL, COSTA CALMA, PLAGES  de JANDIA et PLAGES SAUVAGES DU SUD

1. Playa de Cofete

Dans le Parc Naturel de Jandía, Playa de Cofete est un incontournable de Fuerteventura.

Se rendre à la plage de Cofete n’est pas facile, depuis Morro Jable il y a 19 km de route non goudronnée donc il faut faire très attention, mais cela vaut totalement la peine car ce sont certains des plus beaux paysages de l’île. Si vous n’osez pas le faire avec votre voiture de location car elle est hors routes goudronnées, l’assurance ne couvre généralement pas en cas de dégâts, vous pouvez réserver cette excursion en 4X4.

Avant de commencer à descendre, depuis le belvédère Degollada Agua Oveja, l’incroyable vue panoramique est un apéritif de ce que vous allez découvrir : plus de 12 km de plage sauvage où vous pourrez profiter d’une bonne sieste ou lire en solitaire. Si vous préférez, vous pouvez marcher jusqu’au bout de la plage et revenir. Lorsque vous profiterez de l’impressionnante plage de Cofete abritée par le massif de Jandía, l’une des plus hautes montagnes de Fuerteventura, vous voudrez vous baigner mais ce n’est pas recommandé en raison des courants assez forts, alors soyez très prudent.

Une plage qui à elle seule représente tout ce qu’est l’île de Fuerteventura : des plages sauvages, des journées ensoleillées et une nature quasiment sauvage.

Playa de Cofete

2. Roque del Moro et ses piscines naturelles

Entre le point de vue Degollada Agua Oveja et Cofete, il y a un détour par une autre plage très impressionnante, belle et sauvage, et très peu visitée. Elle est connue sous le nom d’une énorme roche qui vous attend sur la plage, la Roque del Moro. À marée basse, vous pouvez continuer à longer la Roque del Moro et profiter des piscines naturelles qui se forment.

Se rendre à Roque del Moro n’est pas facile à moins d’avoir un 4×4. En direction de Cofete, peu de temps après avoir passé le point de vue Degollada Agua Oveja, il y a un embranchement (il y a un panneau qui indique Roque del Moro, si vous allez lentement, vous le verrez). Mais la route est en très mauvais état, avec beaucoup de gros trous et des zones sablonneuses, donc l’idéal serait un 4×4. Une autre option est de se garer près de l’embranchement et de marcher, même s’il faut garder à l’esprit que le chemin atteint un “parking” à partir duquel il faut marcher encore 2-3 km pour atteindre Roque del Moro.

3. Costa Calma

Les plus de 2 km de plage de sable blanc avec parfois des palmiers me font inclure Costa Calma sur la liste des choses à voir à Fuerteventura. De plus, sur cette plage, il y a beaucoup de restaurants et de bars de plage au cas où c’est ce que vous recherchez. Ici, vous trouverez également une grande variété d’hébergements, de toutes sortes.

Costa Calma

4. Playa de Sotavento

Ce sont probablement les plages les plus emblématiques de Fuerteventura et l’image la plus courante dans les brochures touristiques ou toute recherche sur internet.

C’est une plage-lagon de près de 10 kilomètres formée dans son ensemble par jusqu’à cinq plages : La Barca, Risco del Paso, Mirador, Malnombre et Los Canarios.

A marée basse le lagon devient complètement asséché, se transformant en une plage gigantesque, mais c’est quand la marée monte que l’endroit devient magique. L’eau remplit à nouveau le lagon et aux deux extrémités se forment deux immenses langues de sable qui restent fermes devant le doux martèlement des vagues.

Ici, l’eau est beaucoup plus calme que dans d’autres parties de l’île, mais le vent est généralement présent et c’est pourquoi le championnat du monde de planche à voile se déroule sur cette plage. Bien que la pratique du kitesurf soit également très courante ici.

Comme vous vous en doutez, c’est un endroit idéal pour piloter un drone, notamment pour pouvoir capter l’immensité du paysage à travers des perspectives aériennes, mais en l’absence de drone, les différents points de vue qui parsèment le lieu sont idéaux.

Le plus éloigné est le Mirador El Salmo, d’où l’on peut voir le lagon et la barre de sable qui s’élève à quelques centaines de mètres. Un peu plus près se trouve le Mirador del Sotavento, situé au point culminant d’une petite colline juste à côté du parking de la plage.

Les vues sont très similaires au point de vue précédent mais beaucoup plus près de la plage.

Et si vous souhaitez un autre point de vue un peu plus secret, un chemin de terre part de l’hôtel Meliá qui vous mènera à des vues privilégiées sur la zone centrale de la lagune.

plage de Sotavento

5. Plages de Jandía : Esmeralda ou Mal Nombre

En plus de Sotavento, dans cette région de Jandía, il y a plusieurs plages aux eaux turquoises, presque pas de vagues et de sable fin. Un vrai paradis ! Par exemple, un peu plus bas, près de Costa Calma se trouve la magnifique Playa Esmeralda, un bel endroit pour passer la journée.

La plage de Mal Nombre est une plage incroyable, assez abritée sur l’île du vent avec une mer calme, transparente, aux couleurs turquoises. La zone gauche de la plage est normalement une zone nudiste. Elle dispose d’un bar de plage où l’on peut boire une boisson fraiche et manger, mais les prix sont chers pour l’île (bière 5 €, sandwich 7 €).

6. Playa de La Pared

Que vous soyez surfeur ou non, La Pared ne devrait pas manquer sur votre liste de choses à faire à Fuerteventura. Cette plage est facilement accessible par une route goudronnée, et depuis le restaurant que vous y trouverez, sur la falaise (Restaurant Bahía La Pared), vous aurez une vue incroyable avec la mer et le soleil en arrière-plan. Vous pouvez également descendre à la plage ou approcher les flancs des falaises.

Il y a deux plages principales dans cette ville côtière, El Viejo Rey et La Pared elle-même.

Cet endroit est devenu la Mecque du surf pour avoir certaines des meilleures vagues de l’île, ainsi que l’une des plus belles, avec son sable noir recroquevillé dans des falaises abruptes.

En réalité, elles ressemblent beaucoup à celles d’Ajuy ou celles du sud d’El Cotillo et comme vous pouvez l’imaginer, avec un coucher de soleil de rêve. Suggestion : arrivez 30 ou 60 minutes avant le coucher du soleil pour obtenir certaines des meilleures tables du restaurant, et commandez un barraquito (un café typique des Canaries qui a du lait concentré, de la liqueur 43, du café, du lait, de la cannelle et un zeste de citron. Délicieux !) pour admirer le coucher de soleil. Cela coûte 3 € mais c’est très bon et les vues en valent la peine.

7. Playa de Gran Tarajal

Gran Tarajal est une ville locale avec une immense plage de sable presque noir et constitue une bonne base pour explorer le sud de l’île car elle offre beaucoup d’hébergements. Sur la promenade il y a quelques restaurants et glaciers et dans les rues derrière vous trouverez des supermarchés, des kiosques, des librairies et des pharmacies. De plus, avec la plage au cœur de Gran Tarajal, vous pouvez vous baigner avant même le petit-déjeuner.

8. Morro Jable et son immense plage

Une autre des villes où séjourner dans le sud mais qui est plus touristique que Gran Tarajal est Morro Jable. À côté de cet important village de pêcheurs situé sur le versant sud du massif de Jandía, vous pourrez dormir le plus près possible de la plage de Cofete au cas où vous voudriez profiter de l’une des plages les plus incroyables de l’île (et du pire accès).

La plage de Morro Jable, Playa del Matorral, n’a rien à voir avec la grandeur de Cofete mais a une couleur d’eau paradisiaque, rappelant celle de Sotovento, et une très vaste zone de sable où il y aura toujours de la place pour mettre une serviette.

Morro Jable

9. Plages sauvages et phares au sud de la péninsule de Jandía

Sur la route non goudronnée qui va de Morro Jable à Cofete, vous arriverez à une bifurcation : à droite, vous irez à Cofete, et à gauche, vers plusieurs belles plages sauvages et quelques phares. Si vous avez le temps, je vous recommande de passer une journée à les explorer.

Une curiosité à propos de cette route non goudronnée (celle qui relie Morro Jable à El Puertito) est qu’elle est en très mauvais état depuis longtemps, et qu’elle ne s’est vraiment améliorée que lorsque le film Exodus a été tourné sur l’île. Apparemment, ils ont beaucoup réparé la route pendant le tournage et ont même laissé quelques bus qui peuvent aujourd’hui être utilisés pour parcourir cette route ou aller à Cofete.

La route est maintenant assez bonne, et peu de gens visitent ces plages, donc si vous aimez les plages avec peu de compagnie, ne manquez pas celles-ci !

Une chose que je vous recommande est d’ouvrir Google Maps et de voir les plages (dans la vue satellite) au fur et à mesure que vous descendez la route, pour vous arrêter sur celles qui attirent le plus votre attention. Celles à souligner dans l’ordre de Morro Jable au phare sont :

  • Playa de la Señora : immense et très proche de Morro Jable
  • Playa de Las Pilas
  • Playa Morro de Potala
  • Playa de los Ojos

L’accès à toutes ces plages se fait par des chemins de terre (qui sont en pire état que la route principale qui relie Morro Jable à El Puertito), mais avec de la patience, vous pouvez toutes les atteindre en voiture.

La dernière (Playa de Los Ojos), passe par El Puertito, en direction du phare de Punta Pesebre, avant d’atteindre l’aérodrome abandonné (que Gustav Winter a construit). Pour descendre à la plage, vous devez trouver une sorte de chemin qui mène à quelques escaliers.

que faire à fuerteventura

Je vous conseille de faire coïncider votre visite sur cette plage avec la marée basse : à marée basse, vous pouvez aller vers la gauche pour accéder à deux autres plages ; dans la dernière, il y a une grotte d’où vous pouvez prendre de belles photos avec le coucher de soleil. Si vous ne voulez pas aller à la grotte, le coucher de soleil à Playa de los Ojos est incroyable.

10. Le belvédère astronomique de Sicasumbre

Au sud de Fuerteventura, sur la route FV-605 qui relie Pájara et la plage de La Pared, se trouve l’un des points de vue les plus uniques de l’île. C’est le premier point de vue astronomique de l’île, installé ici grâce à la faible pollution lumineuse de la région, ce qui en fait l’endroit idéal pour contempler les étoiles. Il y a même des panneaux d’information qui vous aideront à identifier les constellations et des supports afin que les fans puissent installer leurs propres télescopes et équipements photographiques.

ET si vous n’y allez pas de nuit, allez-y de jour, les vues sont superbes !

Les marées, les vents et les plages à Fuerteventura

Pensez toujours aux marées, car elles affectent les plages et les piscines naturelles de bord de mer, ce qui fait que certaines ne peuvent être visitées qu’à marée basse (comme la grotte de Playa de los Ojos ou les piscines naturelles de Roque del Moro) , ou que les plages réduisent considérablement leur taille (par exemple Mal Nombre ou Playa del Águila).

Comme vous le savez, la marée monte et descend plusieurs fois par jour ; plus précisément, toutes les 6 heures, elle change, de sorte qu’elle monte et descend 4 fois par jour au total. Lorsqu’elle est haute, elle est appelée “Marée haute”, et lorsqu’elle est basse, elle est appelée “Marée basse”. De combien elle monte et combien elle descend dépend de plusieurs facteurs (donc une plage à marée haute peut avoir plus ou moins de sable selon le jour).

Le plus important est que, selon la plage que vous allez visiter, vous vous informiez de la marée, ce que vous pouvez vérifier par exemple sur ce site.

fuerteventura que voir

La même chose se passe avec les vents : ils font partie de l’île (et l’une de ses principales caractéristiques, ce qui en fait un paradis pour les sports nautiques comme le surf, la planche à voile et le kitesurf), mais si votre objectif est de profiter des plages, c’est important que vous planifiez bien et vérifiez les vents avant d’aller à la plage désirée, car s’ils sont forts, ils peuvent être désagréables. Vous pouvez les vérifier sur Windy par exemple.

Où plonger à Fuerteventura

Il y a des spots de plongée au nord de l’île et il y a d’autres spots de plongée impressionnants dans le sud, où, selon la saison, vous pouvez même trouver un gros poisson pélagique :

  • Près de Corralejo, le Bajón del Río est un point d’immersion par excellence pour ses incroyables formations rocheuses que vous ne verrez que sur une île comme celle-ci, d’origine volcanique. A 18 m de profondeur vous pourrez apercevoir les falaises où se réfugient une multitude d’espèces telles que mérous, chinchards et brèmes.
  • La réserve naturelle protégée de l’Isla de Lobos offre une multitude de sites de plongée. Avec beaucoup de visibilité dans des eaux cristallines, c’est l’une des zones de plongée les plus connues des îles Canaries.
  • El Jablito, au nord-est de l’île, est un site de plongée idéal pour les débutants : entre dorades et vieilles, à l’abri des courants et à une profondeur maximale de 15 mètres.
  • Au sud de l’île se trouve l’un des meilleurs sites de plongée, Veril Grande, juste en face du phare de Jandía. On aperçoit, à une profondeur de 20 m entre les brèmes et les murènes, la partie supérieure du mur vertical de 40 m. Ici, avec de la chance et en saison, vous pourrez voir des raies mantas géantes ou le requin baleine lui-même !

Où que vous soyez, choisissez un centre de plongée fiable (votre équipement est votre meilleur ami sous l’eau : si vous le louez, vérifiez qu’il est en parfait état).

Que voir à Fuerteventura : la faune de l’île

Il y a trois animaux qui attirent particulièrement l’attention, d’autant plus qu’ils se trouvent dans les endroits les plus touristiques de l’île, notamment dans les terres.

La chèvre majorera est la plus connue, un pilier fondamental de l’industrie de l’élevage de l’île et le symbole le plus caractéristique de l’île.

En fait, à Fuerteventura, il y a plus de chèvres que d’habitants. De son lait vient le délicieux fromage Majorero que j’ai mentionné précédemment et dans les restaurants de l’intérieur, il est rare que le chevreau rôti ne fasse pas partie de leurs plats les plus populaires. Mais je préfère les voir dans la nature, voir comment ils cherchent de la nourriture dans les buissons clairsemés et sauter de rocher en rocher. Il sera très difficile de ne pas les rencontrer à un moment donné sur l’île dans les dunes, les montagnes et même sur les plages.

chèvre fuerteventua

D’autres animaux très présents sur l’île sont les drôles de petits écureuils qui hantent généralement les points de vue ou n’importe où à l’intérieur de l’île.

Il s’agit de l’écureuil de Barbarie et aussi surprenant soit-il, c’est une espèce envahissante qui s’est peu à peu étendue jusqu’à atteindre un million de spécimens.

L’origine de l’invasion remonte à 1965, lorsqu’un habitant de Gran Tarajal a rapporté deux spécimens d’une ancienne colonie espagnole d’Afrique du Nord. Après la fuite de l’un d’eux, ils ont relâché l’autre et en seulement trois ans ils avaient déjà créé une colonie, ce qui est devenu une attraction pour les voisins, qui n’ont pas cessé de les nourrir, favorisant encore l’invasion. Pour cette raison, il est interdit de les nourrir et, en outre, il est recommandé d’être extrêmement prudent avec ces animaux, car peu importe à quel point ils peuvent sembler amicaux, avec une seule morsure, ils peuvent transmettre plusieurs maladies.

Enfin, nous ne pouvons pas oublier les corbeaux. Oui, à Fuerteventura, il y a aussi des corbeaux et ils parcourent généralement les points de vue intérieurs à la recherche de nourriture de touristes. C’est le corbeau des Canaries et bien que dans le reste des îles c’est une espèce assez menacée, à Fuerteventura c’est exactement le contraire qui se produit, étant même un problème pour les agriculteurs en raison du grand nombre de spécimens qu’il y a et qui s’attaquent assez fréquemment aux baifos (chevreaux).

corbeau fuerteventura

Vous savez maintenant que voir à Fuerteventura, bon  voyage !

Ajouter un commentaire