Visiter la plaine des jarres au Laos : un lieu mystérieux

visiter la plaine des jarres au laos

La plaine des Jarres, dans le centre du Laos, est l’un des lieux préhistoriques les plus mystérieux et mal compris d’Asie du Sud-Est. Environ 90 sites répartis sur des kilomètres carrés de paysage vallonné contiennent des milliers de grandes jarres en pierre. Venir visiter la plaine des jarres au Laos c’est comme remonter le temps !

Malgré les efforts des archéologues, l’origine et la raison de la plaine des Jarres restent un mystère. L’ambiance autour de la plaine des Jarres est étrange et sombre, comparable au même sentiment que les gens rapportent à l’île de Pâques ou à Stonehenge. Se tenir parmi les jarres énigmatiques est un rappel qui donne à réfléchir que nous, êtres humains, n’avons pas toutes les réponses. Les « sites de jarres mégalithiques de Xieng Khouang » sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2019. Seuls 3 sites sont ouverts au public, dont Thong Hai Hin, avec 250 jarres pesant de 600 kg à 6 tonnes.

Histoire de la plaine des Jarres

Seule la découverte récente de restes humains près de la plaine des Jarres, dans la province de Xieng Khouang, a permis de dater le site. Les archéologues pensent que les jarres ont été sculptées avec des outils en fer et les datent de l’âge du fer, vers 500 avant notre ère. On ne sait vraiment rien de la culture qui a minutieusement sculpté les jarre en pierre.

Les théories sur les utilisations des jarres varient largement; la théorie principale est qu’elles contenaient autrefois des restes humains tandis que les légendes locales racontent l’histoire d’une race de géants qui habitaient la région et qui étaient gouvernés par un roi, nommé Khun Cheung, qui a mené une longue bataille victorieuse contre un ennemi. Il aurait créé les jarres pour brasser et stocker d’énormes quantités de vin de riz lao-lao pour célébrer sa victoire. Une autre histoire locale indique que les jarres ont été moulées à partir de matériaux naturels, notamment de l’argile, du sable, du sucre et des produits animaliers dans un type de mélange de pierres. Cela a amené les habitants à croire que la grotte du site 1 était en fait un four et que les jarres y avaient été cuites et n’étaient pas en fait taillées dans la pierre.

Une autre explication de l’utilisation des jarres est de collecter l’eau de pluie de mousson pour les voyageurs en caravane tout au long de leur voyage à des moments où la pluie pouvait être saisonnière et où l’eau n’était pas facilement disponible sur les sentiers. L’eau de pluie étaient alors bouillie, même stagnante, pour redevenir potable, une pratique depuis longtemps comprise en Eurasie orientale. Les caravanes commerciales qui campaient autour de ces jarres auraient pu y placer des perles comme offrandes, accompagnant les prières pour la pluie. Ou les perles pourraient simplement avoir été des objets perdus.

En 1930, l’archéologue française Madeleine Colan a mené des recherches autour de la plaine des Jarres et découvert des os, des dents, des éclats de poterie et des perles. La guerre et la politique ont empêché de nouvelles fouilles autour des jarres jusqu’en 1994, date à laquelle le professeur Eiji Nitta a pu mener plus de recherches sur le site.

Des bombes non explosées de la guerre du Vietnam existent encore à proximité, ce qui fait des fouilles un processus lent et dangereux. De nombreuses jarres ont été fendues ou renversées par des ondes causées par des bombardements intenses pendant la guerre.

plaine des jarres laos

5 faits intéressants sur la plaine des jarres

1. La jarre la plus haute fait trois mètres de hauteur.
2. Les jarres de la plaine sont principalement en grès (plus de 80% d’entre elles) mais certaines sont en granit ou en calcaire plus dur.
3. On pense qu’il y a environ 3000 jarres, mais d’autres ont été découvertes en 2019.
4. Les jarres les plus lourdes pèsent jusqu’à 10 tonnes.
5. Certaines jarres ont été transportées à plus de 10 km de là où elles ont été fabriquées.

Visiter la plaine des Jarres au Laos

Sans surprise, le site le plus fréquenté par les touristes est celui le plus proche de la ville de Phonsavan, la base pour voir les jarres. Connu simplement sous le nom de « Site 1 », c’est le premier arrêt sur la plaine et un incontournable pour observer la seule jarre décorée.

Bien que vous soyez harcelé par les guides et les rabatteurs de Phonsavan qui vendent des circuits, la seule vraie façon de profiter de la plaine des Jarres est de le faire à votre rythme et de vous perdre dans vos propres pensées. Explorer par vous-même ne devrait pas être un problème, seul un petit filet de touristes a tendance à faire le trajet ici pour voir les jarres.

La plupart des hôtels proposent également des visites privées. Certains vous proposent pour 600 000 Kip (53 €) une voiture privée et un chauffeur pour toute la journée qui vous fera visiter les trois principaux sites de jarres, ainsi que quelques autres attractions figurant sur l’itinéraire. L’avantage est que vous pouvez sortir tôt et vous rendre sur les sites les plus éloignés de Phonsavan, ce qui signifie que vous les aures presque pour vous seul.

Remarque : les disques de pierre au sol sont souvent confondus avec des couvercles, mais ce n’est pas le cas. Il a été conclu que les disques sont en fait des marqueurs funéraires.

jarre en pierre

Les sites que l’on peut  visiter

Seuls sept des 90 sites de jarres ont été déclarés suffisamment sûrs pour que les touristes puissent les visiter : Site 1, Site 2, Site 3, Site 16, Site 23, Site 25 et Site 52.

  • Le site 1 est le plus proche de la ville de Phonsavan et reçoit le plus de visiteurs, mais n’est pas la meilleure représentation de la plaine des Jarres.
  • Le site 2 est accessible depuis le site 1 en moto ou en tuk-tuk, puis le site 3 peut être atteint par une randonnée facile.
  • Le site 52, le plus grand site connu contenant 392 jarres, est rarement visité et n’est accessible qu’à pied. Restez toujours sur les chemins balisés lorsque vous vous promenez entre les sites de jarres.

Attention : le paysage pittoresque et serein de la plaine des Jarres peut sembler attrayant, mais avant de partir à la découverte, considérez d’abord que le Laos est le pays qui a été le plus bombardé, par habitant, au monde; environ 30% de toutes les munitions et bombes larguées sont encore non explosées et toujours mortelles. Alors restez toujours sur les sentiers balisés lorsque vous vous promenez entre les sites.

En vous promenant sur le site, recherchez ces artefacts et attractions spéciales :

  • Jarres brisées par les ondes de choc des bombardements dans les années 1960.
  • Disques de pierre au sol utilisés comme marqueurs funéraires.
  • Obus, retranchements, chars détruits et autres débris de guerre laissés sur place.
  • Restaurant « Craters » et boutique Mines Advisory Group situés à proximité à Phonsavan.

Itinéraire suggéré pour visiter la plaine des jarres

Si vous avez loué votre propre moyen de transport pour visiter la plaine des jarres ou si vous avez la possibilité de spécifier un itinéraire avec votre guide, l’itinéraire ci-dessous devrait vous aider à planifier votre excursion. Cela signifie que vous arrivez sur les sites les plus éloignés de Phonsavan tôt dans la journée quand ils sont calmes, et que vous pouvez également marcher entre les sites 2 et 3, ce qui vous donnera vraiment une idée de la campagne dans laquelle ils se trouvent. Cet itinéraire prend environ six heures en fonction de la durée de votre marche entre le site 2 et le site 3. Voici l’itinéraire suggéré :

  • Allez à l’office de tourisme à la périphérie de Phonsavan
  • Visitez le Site 2
  • Marchez jusqu’au site 3
  • Visitez le site 3
  • Prenez une pause déjeuner
  • Visitez Ban Napia (petit village qui transforme les reste de bombes en cuillères)
  • Visitez le site 1

À votre premier arrêt à l’office du tourisme de Xieng Kouang vous y aurez non seulement des informations sur les sites de jarres, mais vous y verrez aussi des reliques intéressantes dans les jardins, restes de la « guerre secrète » qui a eu lieu au Laos. Pendant la guerre du Vietnam, plus de 500 000 bombardements ont été effectués au-dessus du Laos par les États-Unis pour tenter d’arrêter la propagation du communisme plus à l’est. Cela fait du Laos le pays le plus bombardé par habitant au monde et signifie que plus de bombes ont été larguées sur le Laos que dans toute l’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale.

Comment se rendre à Phonsavan

Il y a deux choix principaux pour se rendre à Phonsavan (la ville la plus proche de la plaine des Jarres), en bus ou en avion, mais vous pouvez également payer pour une visite privée. Le tourisme à Phonsavan en est encore à ses balbutiements par rapport à d’autres endroits du Laos, et ce n’est pas un endroit facilement accessible, même si la situation s’améliore.

Se rendre à Phonsavan en bus : il existe des lignes de bus vers Phonsavan depuis la plupart des grandes villes du nord (Luang Prabang, Vang Vieng et Vientiane). Les temps de trajet sont d’environ six heures de Vang Vieng, huit heures de Luang Prabang et onze heures de Vientiane. Dans toutes les grandes villes, vous trouverez des informations à jour dans les agences de réservation locales. Là où vous le pouvez, essayez d’utiliser des « bus touristiques » même s’ils sont un peu plus chers, car ils ont tendance à être plus grands et à être climatisés. Les minibus sont généralement exigus et chauds, alors évitez-les si vous le pouvez.

Se rendre à Phonsavan en avion : il y a un aéroport juste à l’extérieur de Phonsavan appelé Xieng Khouang auquel les seuls aéroports de connexion sont actuellement Vientiane et Luang Prabang (2020). Les vols partent de Vientiane à 12h20 tous les jours et après un rapide arrêt, quittent Xieng Khouang à 13h50. Le temps de vol n’est que d’une demi-heure. Vous obtenez également une bonne vue du site 1 lorsque vous décollez de Xieng Khouang. Le prix actuel est d’environ 115 € pour un billet aller-retour à Vientiane, mais vous pouvez trouver des informations à jour sur le site internet de Lao Airlines.

aéroport Phonsavan

Laisser un commentaire