site étrusque sovana

Le parc archéologique du Tuf (Città del Tufo)

Le parc archéologique Città del Tufo est un patrimoine exceptionnel que nous ont laissé les Etrusques. Une multitude de tombes, des plus simples aux véritables monuments creusés dans le tuf, datant de la période comprise entre le 7ème et le 1er siècle avant notre ère.

La nécropole étrusque de Folonia

En quittant Sovana, prenez la route en direction de San Martino sul Fiora, en peu de temps, vous arriverez à la nécropole étrusque de Folonia, en continuant à pied vers le ruisseau, le chemin vous conduira à une série de tombes datant des 3ème au 1er siècle avant notre ère.

La nécropole étrusque de Monte Rosello

Votre voyage continue en revenant sur la route goudronnée, et en laissant derrière vous les ruines de la Rocca Aldobrandesca, vous emprunterez un chemin devant celui qui descend à Follonia; vous vous dirigez vers la nécropole étrusque de Monte Rosello et en remontant le chemin, vous commencerez à voir de nombreuses entrées de tombes à chambre, édicule et cube, tandis qu’au sommet de la montagne se trouve un pigeonnier du 4ème siècle avant notre ère (le débat sur la fonction des columbariums est encore ouvert aujourd’hui : il y a ceux qui prétendent que les cellules étaient destinées à abriter des vases avec les cendres des morts, d’autres soutiennent qu’elles étaient destinées à l’élevage de colombes ou de pigeons, d’autres encore retracent les niches des périodes ultérieures à l’étrusque, lorsque les salles des tombes étrusques ont été réutilisées pour l’élevage de colombes et de pigeons).

Site archéologique de Sovana

La sépulture la plus importante de cette zone est la tombe monumentale de Silène du 3ème siècle avant notre ère. C’est la dernière tombe découverte (1963) encore intacte, dans laquelle les objets funéraires et les urnes ont été retrouvés. C’est la seule tombe avec une structure cylindrique trouvée dans la région. Six demi-colonnes y ont été sculptées, on en distingue aujourd’hui la base de trois. Le nom dérive de la découverte d’un protomé (représentation en avant-corps d’un animal réel ou fictif) avec le visage de Silène.

La nécropole de Sopraripa

Reprenez la route qui mène à San Martino sul Fiora, juste après avoir traversé le tunnel, vous trouverez les panneaux indiquant la nécropole de Sopraripa. La tombe la plus importante de cette nécropole est celle de la Sirène (3ème-2ème siècle avant notre ère). Elle tire son nom de la sirène à deux queues représentée sur le fronton, qui devrait en réalité être la créature mythologique Scylla, tandis qu’à l’avant on reconnaît la figure allongée du défunt en bas et au-dessus de l’inscription “nulina vel velus” qui devrait signifier Nulina fils de Vel et Velus. En continuant votre promenade sur ce chemin, vous atteignez la nécropole de San Sebastiano, ici vous pourrez traverser deux rues creuses qui coupent des tombes à chambre de l’âge archaïque pour finalement atteindre un oratoire rocheux avec deux environnements.

Tombe de la Sirène

Passons au tombeau de Pise du 3ème siècle avant notre ère : on y trouve un tombeau composé de 9 chambres communicantes, il a été utilisé pendant plusieurs générations et à l’intérieur on a trouvé des restes de la période entre le 3ème et le 1er siècle avant JC.

Le tombeau d’Ildebranda

Pour votre prochain arrêt, vous aurez besoin de la voiture, avec laquelle vous traverserez le pont sur le fossé Picciolana, puis vous tournerez sur le premier chemin de terre à droite où vous trouverez une place de parking. Après ce court trajet, vous affronterez avec un enthousiasme renouvelé le chemin de gauche, qui vous sépare du tombeau d’Ildebranda. Le nom avec lequel cette tombe est indiquée, n’a rien à voir avec ses origines, il a été choisi en 1925 par son découvreur pour commémorer Ildebrando da Sovana, la personne la plus illustre de Sovana qui devint pape en 1073 sous le nom de Grégoire VII.

Le tombeau d’Ildebranda date de la fin du 3ème siècle avant notre ère. C’est sans aucun doute le plus important de toute la nécropole. C’est une œuvre monumentale, réalisée en ciselant toute une colline de tuf, le seul exemple (en bon état) d’un tombeau de temple étrusque, et l’une des plus grandes œuvres de l’architecture rupestre étrusque. Le podium placé en partie haute, accessible par deux escaliers extérieurs (encore parfaitement visibles), était composé de douze colonnes à chapiteaux ornés de visages de diverses divinités (visibles au musée sovana) qui supportaient le fronton, décoré à son tour de griffons. et éléments végétaux. Du côté ouest on peut encore admirer quelques frises.

tombeau d'Ildebranda

Dans la partie inférieure de la tombe se trouve le dromos (long couloir) qui mène à la chambre funéraire. Entre autres, le dromos recoupe à droite le dromos d’un autre tombeau, plus ancien, dont il reste la chambre funéraire mais aucune trace du monument primitif.

Le tombeau d’Ildebranda n’abritait qu’un seul défunt qui pour des raisons évidentes devait être du plus haut rang, cependant, ayant été saccagé dans l’Antiquité, rien du matériel funéraire ne nous est parvenu de nos jours malheureusement.

Le tombeau des Démons Ailés

Depuis le tombeau d’Ildebranda, partez vers l’ouest sur une cinquantaine de mètres et vous trouverez la Tomba dei Demoni Alatila (tombe des démons ailés). Elle a été trouvée à l’automne 2004 et remonte au 3ème siècle avant notre ère. C’est probablement le meilleur exemple d’une tombe de sanctuaire avec une figure allongée sur le lit funéraire, dans le style de la tombe de la Sirène pour ainsi dire. Dans le compartiment central est sculptée la figure du défunt dans laquelle des traces du revêtement polychrome ont été conservées.

La statue est posée sur le lit funéraire (kline) et tient la coupe à libation (patera) de la main droite. Sur les côtés de la façade, il y avait deux podiums avec des sculptures en ronde-bosse placés pour garder le défunt (l’une représentant un lion a été trouvée). Sur le côté gauche se trouve le fronton qui était à l’origine situé sur la partie supérieure de la tombe, il représente un démon marin ailé identifiable à Scylla ou Triton, tandis que sur le côté droit parmi les autres blocs sculpturaux on reconnaît un démon ailé identifié à Vanth, une divinité féminine omnisciente et messagère de la mort.

Le tombeau de Pola

Revenez ensuite au tombeau d’Ildebranda où l’on retrouve les indications du tombeau de Pola du 3ème siècle avant notre ère. Un autre exemple d’une tombe rupestre colossale dans un temple. À l’origine, il avait huit colonnes sur la façade qui soutenaient un instrument à percussion décoré. Dans la partie inférieure, au centre des huit colonnes, on trouve le dromos, d’une quinzaine de mètres de long qui mène à la chambre funéraire (sacrée dans l’antiquité). Hélas, le tuf de cette tombe s’est avéré plus fragile que les autres, et donc la structure est considérablement endommagée. Des huit colonnes, il n’en reste qu’une.

Le tombeau de Typhon

Enfin, en se déplaçant sur quelques centaines de mètres sous la falaise de Poggio Stanziale, vous découvrirez une série de tombes en forme de demi-noix, parmi lesquelles se distingue la Tomba del Tifone (4ème siècle avant notre ère) qui tire son nom de ce qui était supposé à tort être le monstre marin mythologique gravé sur l’édicule, en réalité il s’agit d’un protomé féminin. A droite, on distingue nettement l’escalier menant au sommet du tombeau où étaient accomplis les rites funéraires.

Ajouter un commentaire