visiter kamiros

Visiter Kamiros sur l’île de Rhodes : guide

Sur la rive nord-ouest de Rhodes, à proximité du promontoire d’Agios Minas (l’ancien Mylantio) se trouve la troisième des anciennes villes de l’île : Kamiros.

Kamiros était l’une des trois grandes villes doriques de l’île, qui s’est unie à Ialysos et Lindos au 5ème siècle avant notre ère pour créer la puissante ville-état de Rhodes.

Informations pratiques pour visiter Kamiros à Rhodes

Construit en amphithéâtre surplombant la mer, Kamiros n’était pas fortifié. Entre autres découvertes, des ruines de maisons ont été trouvées, l’ancienne Agora, un temple dorique, les ruines de l’aqueduc et les fondations du temple d’Athéna. Des découvertes importantes de la région ornent désormais les collections du British Museum et du Louvre, tandis que seules quelques-unes sont exposées au musée archéologique de Rhodes, comme la célèbre pierre tombale de Kritos et Timarista – fin du 5ème siècle avant notre ère. C’est un lieu unique pour les amateurs d’archéologie et pour ceux qui veulent découvrir le contexte historique de l’île. L’ancien Kamiros est à trente km au sud-ouest de la ville de Rhodes.

  • Heures d’ouverture : du lundi au dimanche, de 8h00 à 20h00
  • Prix : adulte 6 €, gratuit pour les moins de 18 ans. Étudiants de pays européens gratuits, Ééudiants de pays non-européens à moitié prix.
  • Personnes de plus de 65 ans des pays de l’UE : 3 euros (une pièce d’identité valide est nécessaire pour bénéficier de la réduction).
  • Téléphone : (+30) 22410 40037
  • Adresse : Kamiros Village, West Rhodes
  • Comment s’y rendre : taxi, bus, voiture, moto, vélo.

Histoire de Kamiros sur l’île de Rhodes

Bien que Kamiros (ou Kameiros) ait été établi par les Doriens, il semble que les premiers habitants de la région aient dû être des Achéens, comme le révèlent les ruines d’une ancienne nécropole mycénienne près du village de Kalovarda. Kamiros était essentiellement une société agricole qui produisait de l’huile, du vin et des figues. Pendant l’âge d’or de la ville au 6ème siècle, elle fut la première ville rhodienne à faire ses propres pièces de monnaie.

Kamiros a souvent été comparé à Pompéi, ce qui n’est pas correct puisque Kamiros n’est pas tombé en déclin à cause d’une catastrophe naturelle. Son déclin, comme le déclin d’Ialysos, a été le résultat de l’abandon progressif de ses habitants, qui ont décidé de déménager dans la ville de Rhodes, qui a été fondée en 408 avant notre ère.

En 1929, les archéologues localisèrent les ruines de la ville antique et les fouilles qui la ramenèrent à la vie se poursuivirent jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le motif pour commencer les fouilles était la découverte accidentelle de certaines tombes anciennes, ainsi que le nom de la zone, qui était Kameiros, et qui avait été reboisée à l’époque. Les découvertes révélées par les fouilles, très riches et importantes, ont été portées au British Museum et au Louvre. Les habitants espèrent qu’un jour ces trésors archéologiques seront rendus afin d’être exposés au public par le musée archéologique de Rhodes.

Le sanctuaire d’Athéna

Si vous venez visiter Kamiros, vous découvrirez le sanctuaire d’Athéna, qui existait sur l’acropole de Kamiros (Kameiros) à partir du 9ème siècle avant notre ère. Tout ce qui a survécu de la première phase sont les gisements, dans lesquels les nombreuses ex-voto ont été déposées, probablement pendant une phase de reconstruction au 6ème siècle avant notre ère. C’est peut-être à cette époque que fut construit le premier temple d’Athéna. Les gisements se composaient d’une fosse rectangulaire de grande profondeur, ainsi que de petites cavités dans la roche où le temple hellénistique a été construit plus tard.

kamiros athena

Des travaux de construction à grande échelle ont été réalisés dans le sanctuaire à l’époque hellénistique, peut-être après le tremblement de terre de 227 avant notre ère. Sa planification architecturale était basée sur l’aménagement en terrasses qui était populaire à l’époque hellénistique et que l’on rencontre également dans le sanctuaire de Lindos.

Sur la terrasse la plus basse au bout de la rue principale, se tenait un petit autel, à partir duquel des rampes menaient aux extrémités du second emplacement, où se trouvait une stoa de l’ordre dorique avec une large esplanade devant elle. La stoa mesurait 204 mètres de long et était l’une des plus grandes du monde antique.

À l’arrière, une rangée de pièces répondait aux besoins du sanctuaire. Au milieu de la stoa, les pièces étaient interrompues par un escalier menant à la plus haute terrasse, sur laquelle se trouvait le temple d’Athéna dans l’enceinte sacrée intérieure ou temenos.

Ajouter un commentaire