Parc national de Lobéké

Parc national de Lobéké au Cameroun : activités variées

Le parc national de Lobéké se trouve au sud-est du Cameroun dans l’arrondissement de Moloundou de la province de l’Est. Situé dans le bassin du Congo, il est délimité à l’est par le fleuve Sangha qui sert de frontière internationale du Cameroun avec la République centrafricaine et la République du Congo.

Éléphants de forêt, gorilles de plaine et chimpanzés sont quelques exemples d’animaux vivant au Parc National de Lobéké. Si vous avez de la chance, vous devriez en voir. La région est également connue pour ses villages traditionnels pygmées Ba’aka.

Que faire et que voir au parc national de Lobéké

Voici les différentes choses que vous pouvez faire au parc national de Lobéké :

1. Clairières forestières (bais)

Les grandes clairières forestières connues sous le nom pygmée Ba’aka de “bais” offrent d’énormes opportunités pour les grands mammifères tels que les éléphants, les gorilles, les antilopes bongo et de nombreuses autres espèces forestières. Certains des bais sont plus grands que des terrains de football avec des sols riches en divers minéraux attirant ainsi la mégafaune de la forêt. Des tours d’observation (miradors) ont été construites dans certains bais de Lobéké et Boumba Bek pour soutenir à la fois les travaux de suivi écologique et l’accueil des touristes. Les miradors sont des structures en bois situées à environ 5 mètres au-dessus du niveau du sol qui peuvent accueillir environ 5 personnes pour des nuits dans les bais. Ces miradors ont été construits dans des bais où l’accès en toute saison est garanti.

Des expéditions sont organisées (notamment par Cameroun Expéditions) pour aller observer les éléphants, gorilles, sitatungas, buffles, antilopes bongo, phacochères et sangliers. Il existe 45 espèces de mammifères dans le parc national de Lobéké. Les densités d’éléphants, de gorilles et de chimpanzés dans ce parc sont parmi les plus fortes d’Afrique.

2. Observation des oiseaux

Plus de 330 espèces d’ oiseaux ont été recensées à ce jour dans la région . Des excursions d’observation des oiseaux à l’intérieur de la forêt peuvent être effectuées en utilisant les nombreux sentiers naturels existants ou des excursions guidées le long des principales rivières (Sangha et Ngoko), qui servent également de frontières internationales.

3. Pêche sportive

Les différentes rivières de la région sont assez riches en faune aquatique avec plus de 183 espèces de poissons différentes déjà recensées. Au moins deux espèces sont nouvelles pour la science et probablement plus. Des excursions de pêche guidées peuvent être organisées sur les rivières Sangha et Ngoko.

D’autres aspects intéressants de la pêche sportive sont l’utilisation de méthodes de pêche traditionnelles de clôture, principalement pratiquées par les pygmées Ba’aka pendant la saison sèche. La pêche à la crevette est une autre activité passionnante, en particulier la pêche à la crevette en groupe avec des nuits dans la forêt.

4. Expéditions aux chutes de Nki

Les chutes de Nki représentent un site touristique très attrayant dans la région compte tenu de sa beauté naturelle et de la nature relativement intacte de sa forêt. Les chutes de Nki peuvent être facilement atteintes par les eaux de la rivière Ngoko depuis Moloundou. Il faut environ 5 heures de promenade en bateau qui peuvent être combinées à l’observation des oiseaux et à des observations intéressantes d’animaux en cours de route.

C’est l’un des rares sites de la sous-région d’Afrique centrale où la forêt reste encore relativement intacte. Les nombreux bais de la région avec une faune abondante en font un site très fascinant pour le développement de l’écotourisme.

chutes de Nki

5. Ethno-tourisme

Les touristes peuvent payer pour découvrir la vie quotidienne et les activités de la population indigène, les pygmées Ba’aka et Bagando.

Certaines des activités comprennent des expéditions en forêt avec des pygmées Ba’aka pour la récolte de mangues de brousse, la chasse et la pêche. D’autres aspects incluent la participation à des festivals culturels renommés comme Jengi qui est organisé chaque année pour introduire de nouveaux membres dans cette société hautement spirituelle. Parmi les autres danses folkloriques, citons la célèbre danse de la tortue des pygmées Ba’aka qui dépeint grandement certaines des fortes affiliations de ces personnes à leur environnement.

6. Camp Kombo

La base du parc national de Lobéké, connue sous le nom de Camp Kombo, est un lieu de campement pour ceux qui visitent la riche région forestière du Sud-Est du Cameroun. Les gens qui viennent ici sont des étudiants, des chercheurs, des scientifiques et des touristes du monde entier. C’est ici que SAR le Prince Phillip, duc d’Édimbourg et Président émérite du WWF a visité et passé une nuit après avoir assisté au célèbre Sommet de la forêt de Yaoundé en 1999. Les animaux aussi sont devenus des invités au camp. Cela se comprend si l’on considère que le camp est planté à l’état sauvage en bordure du parc de Lobéké.

Géré pour l’instant par le WWF, c’est une base temporelle pour assister les nombreux visiteurs de la riche forêt de Lobéké. La base est située près du petit village de Mambélé dans l’arrondissement de Moloundou et à environ 160 Km de Yokadouma, chef-lieu de la Division de Boumba-et-Ngoko.

Hormis les dix tentes dressées sous des toits de chaume, un entrepôt et une cuisine, le camp n’a rien d’artificiel, ici vous serez dans la nature. Les quelques structures disponibles sont délicatement prises en sandwich entre essences d’arbres et arbustes sauvages laissant le campement piégé dans l’humidité et l’obscurité qui caractérisent les forêts du bassin du Congo. L’attraction la plus excitante du camp Kombo est peut-être le fait que de temps en temps des animaux migrent vers la région depuis les profondeurs de la forêt. Bien évidemment, la plupart des animaux, en particulier les singes et les oiseaux, ne font que passer. Le camp facture des frais symboliques de 10 à 20 dollars par visiteur pour l’entretien.

7. Voyages transfrontaliers

Le parc national de Lobéké fait partie d’un réseau régional transfrontalier d’aires protégées qui comprend deux autres parcs nationaux, le parc national de Nouabale-Ndoki, le NNNP (Congo-Brazzaville) et Dzanga-Ndoki (RCA). Ces parcs sont internationalement connus pour leur faune variée et riche notamment dans les nombreux bais qui caractérisent la végétation de la région. Les différents parcs sont accessibles par voie aérienne et plus facilement par voie terrestre depuis Lobéké via la rivière Sangha.

Il faut environ 30 minutes de bateau pour atteindre le siège du parc Bomassa du NNNP depuis Djembe à Lobéké. Il faut environ 3 heures de bateau de Libongo à Lobéké pour atteindre Bayanga, le siège du parc national de Dzanga-Ndoki. Ces parcs, notamment Dzanga-Ndoki, disposent de très bonnes infrastructures de base pour accueillir les touristes. Le célèbre bai de Dzanga-Ndoki a reçu une large attention internationale pour ses éléphants et autres animaux sauvages qui peuvent être observés tous les jours tout au long de l’année.

Accéder au parc national de Lobéké par avion

La région forestière du sud-est du Cameroun est facilement accessible par voie aérienne étant donné les nombreux voyages aériens construits par les sociétés d’exploitation forestière qui peuvent accueillir de petits avions. Lobeke a pu être évalué depuis différentes directions en utilisant les pistes d’atterrissage de Kika, Libongo et Moloundou qui bordent les villes forestières. Le WWF a un accord contractuel avec le centre linguistique international SIL qui dispose d’environ trois petits avions qui volent dans la région lorsqu’ils sont organisés.

Accéder au parc national de Lobéké par voie terrestre

La majeure partie de la zone est exploitée, ce qui rend l’accès par voie terrestre très difficile. Les routes sont pour la plupart poussiéreuses et cahoteuses avec très peu d’entretien. Néanmoins, la plupart des régions, y compris la zone du projet, peuvent être accessibles en utilisant les principales autoroutes transatlantiques qui relient la capitale à l’arrière-pays et à travers les frontières de la RCA et de la République du Congo-Brazzaville.

La route principale est assez saisonnière en raison d’un mauvais entretien, mais l’accès en toute saison ne peut être assuré qu’en utilisant des véhicules à 4 roues motrices. La plupart des réseaux routiers sont entretenus par des sociétés forestières.

parc national de lobeke

Ajouter un commentaire

Booking.com
chasse voyage