Fiuminale

Partons à la découverte de Fiuminale, un village de Haute-Corse abandonné depuis les années 80. Fiuminale est un village (deux hameaux en fait) déserté de la Costa Verde, principalement du fait qu’il n’y a pas de route qui y monte. Un âne était utilisé autrefois pour se déplacer. Le déclin a commencé dans les années 50/60. Savez-vous combien de villages abandonnés il y a en Corse? – apparemment, il y en aurait quasiment 80.

Comment venir au village abandonné de Fiuminale

Fiuminale, hameau de la commune de Velone-Orneto, se trouve en limite de la Castagniccia et de la Costa Verde et se situe à 550 mètres d’altitude. Il est uniquement accessible à pied ou à dos de cheval en empruntant deux sentiers (à Velone ou au Pont de l’Enfer).

Départ au hameau de Velone : au bout de la route en impasse conduisant à Velone et à l’entrée de ce village (il y a quelques places pour se garer) un panneau attenant à l’aire de stationnement indique la direction. À la barrière il faut prendre le sentier à droite, qui, après la montée du départ, file à flanc de montagne entre châtaigniers et arbousiers. Je n’ai pas testé ce sentier qui semble être un peu plus rapide que l’autre (1 heure de trajet), vous pouvez en savoir plus sur cette randonnée au départ de Velone sur cette page. Si vous venez faire cette randonnée, profitez-en pour visiter le petit hameau de Velone, il fait partie des plus beaux villages perchés de la Costa Verde selon moi (tout en pierre).

velone

Départ au pont de l’Enfer : le Pont de l’Enfer (U ponte di l’infernu) est un lieu de légendes où il se dit que le diable a œuvré sur ces terres et que ceux qui y pénètrent doivent se tenir sur leurs gardes. C’est un endroit magnifique pour démarrer la randonnée vers le village de Fiuminale. Le temps annoncé est un peu plus long (1H15) mais la moitié du trajet qui longe la rivière Petrignani est vraiment exceptionnel ! Le pont se trouve sur la D330 et est très facile à trouver, il y a des places pour se garer en bord de route. Le départ de la randonnée se fait en suivant le chemin du restaurant « Le Pont de l’Enfer ».

départ randonnée fiuminale

Suivez le sentier jusqu’au restaurant puis restez sur ce chemin qui passe derrière et continuez en suivant le balisage orange. Le balisage est bien fait et va vous faire traverser plusieurs fois la rivière (elle est très peu profonde et il y a de nombreux gros cailloux qui permettent de ne pas se mouiller les pieds, c’est aussi très amusant pour les enfants).

Si vous ne voulez pas risquer de vous mouiller les pieds, restez toujours à droite de la rivière sans suivre le balisage (les entiers se croisent plusieurs fois en fait). Par contre si cela ne vous dérange pas de traverser plusieurs fois la rivière je vous conseille de suivre l’itinéraire balisé et de garder l’autre chemin pour le retour : en effet pour le retour vous pourrez suivre le chemin en restant cette fois à gauche de la rivière. Cette alternative de retour est sympa (et ça change de l’aller) avec des passages sur des petits ponts et vous permettre d’avoir d’autres belles vues sur cette magnifique rivière aux gros rochers !

randonnée retour fiuminale

La première partie qui longe la rivière est facile avec très peu de dénivelé, par contre, une fois que vous vous éloignez de la rivière pour commencer à monter ça devient un peu plus pentu. Personnellement nous avons mis quasiment deux heures à arriver en haut et pas 1H15. Mais nous avons fait de nombreux arrêts pour profiter des paysages et faire des photos. Et la deuxième partie, bien en pente, nous a demandé des petites pauses car nous ne sommes pas des grands randonneurs, même si nous marchons beaucoup !

randonnée fiuminale deuxième partie

Sur tout le chemin de randonnée qui se fait en forêt (la majorité de la randonnée est donc ombragée), vous verrez de nombreux arbres et souches étranges et étonnants !

Une fois en haut, le village apparait derrière les arbres et c’est une très belle récompense. Prenez le temps d’explorer ce premier hameau de Suttanu et sa jolie chapelle.

Fiuminale suttanu

Le second hameau de Fiuminale (Supranu) se perche presque au sommet de la montagne, littéralement accroché à la crête rocheuse. Le départ du sentier se fait en haut du premier hameau, il faut passer par le portail (pensez à le refermer) et suivre, encore une fois, le balisage orange. Le sentier qui y mène est raide (certains mettront seulement 15 minutes à monter, d’autres, comme nous, mettront presque une demi heure). Ici on tutoie les plus hauts sommets de la Castagniccia et les montagnes, la forêt et la vue sont grandioses.

sentier fiuminale supranu

Ce hameau est un peu plus petit que Suttanu, il y a moins de bâtisses, mais reste très intéressant car il est encore en (plus ou moins) bon état. Mais par dessus tout, ce que nous avons apprécié ici, c’est la vue sur les montagnes et jusqu’à la plaine et la côte.

vue depuis fiuminale supranu

Histoire de Fiuminale

Le Pont de l’Enfer est en fait le point de départ d’un ancien sentier muletier qui s’enfonçait autrefois au cœur des massifs de la Castagniccia, vers des lieux reculés et inaccessibles, où des populations fuyant des guerres et des razzias avaient élu domicile et construit leurs habitations. Une centaine de personnes vivaient ici jusque dans les années 50; il y avait beaucoup de jardins, de l’élevage et de la polyculture. Ce petit village de Fiuminale est ainsi né de la volonté des hommes de protéger leurs familles et de venir se cacher là où personne ne viendrait les chercher (dans les montagnes). Construit le long d’une arrête rocheuse, le village de Fiuminale se composait jadis de deux ensembles étagés : Fiuminale Suttanu et Fiuminale Supranu (au-dessus). Ces 2 hameaux ont été peuplés jusqu’au milieu du 20ème siècle, avant d’être progressivement abandonnés par les nouvelles générations qui ne voulaient plus subir les rigueurs de l’isolement.

La dernière villageoise, Zia Devota (décédée à 83 ans), a quitté le village en 1981. Elle a vécu ici avec des chèvres, des cochons, des poules et un jardin, et de temps en temps elle descendait à Velone par le Pont de l’Enfer pour aller faire des courses. Antoine Ciosi a chanté une très belle chanson sur le village de Fiuminale après avoir rencontré Zia Devota qui lui a raconté l’histoire de ce territoire : « Fiuminale se meurt malgré sa présence (Zia Devota), Fiuminale se meurt et personne n’en a conscience ». Lorsque Zia Devota est partie, elle a fermé la porte de sa maison et au-delà la porte d’un village et d’un mode de vie. Un peu comme si elle refermait la porte sur une société ancestrale totalement révolue.

Au cœur de Fiuminale Suttanu se trouve la petite chapelle de San Ghjiseppu (St Joseph, le patron de la famille) réhabilitée par l’association San Ghjiseppu di Fiuminale. Sur la porte massive de la chapelle est inscrit « Sempre Fidati » (traduction de toujours fidèle).

chapelle San Ghjiseppu fiuminale

L’association ne peut pas intervenir sur les propriétés privées du village. Fiuminale n’est plus habité mais pas totalement abandonné, en effet le vieux village a ses anges gardiens, qui sont tout aussi soucieux de faire respecter le lieu. Certains propriétaires rénovent leur bien (et viennent y passer du temps lorsqu’ils le peuvent), comme la maison ci-dessous à l’entrée de Fiuminale Suttanu dont la toiture, entièrement en lauze, a été refaite en 2019.

maison fiuminale

L’association San Ghjiseppu di Fiuminale fait revivre le hameau abandonné de Fiuminale Suttanu chaque année le 1er mai. Il y a une messe célébrée en fin de matinée et les gens se retrouvent ensuite autour d’un buffet de produits locaux dans une ambiance conviviale.

sentier randonnée fiuminale

Booking.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici