Comment voyager de façon plus écologique

Le voyage présente de nombreux avantages. Cela brise notre routine, nous rend plus actifs physiquement et nous encourage à essayer de nouvelles choses. En fait, une étude de 2014 a révélé que des expériences telles que les voyages nous rendent plus heureux que simplement acheter des choses. Le mauvais côté ? Les émissions de carbone liées au tourisme ont augmenté au cours des dernières années, et les scientifiques suggèrent que l’industrie est responsable jusqu’à 8% des émissions totales de carbone dans le monde. Heureusement, c’est quelque chose que nous pouvons tous changer. Continuez votre lecture ci-dessous et découvrez comment voyager de façon plus écologique…

La durabilité commence par briser nos hypothèses sur ce à quoi doit ressembler la vie quotidienne, même en vacances. Un beau paysage n’est pas toujours synonyme de destination écologique.

Pourquoi voyager est si lourd en carbone

Il y a des coupables évidents à blâmer pour la charge de carbone des voyages : le carburéacteur, le gaz brûlé lors d’un voyage en voiture et l’énergie que les hôtels utilisent pour garder les lumières allumées et les chambres fraîches. Mais il y en a aussi des plus subtils. Par exemple, les hôtels destinés aux touristes peuvent devoir importer de la nourriture au lieu de s’en tenir à des sources locales, et le développement de stations balnéaires et d’autres pièges à touristes peut réduire le couvert forestier ou autrement affecter négativement les terres. Et sur les îles, qui ont des ressources naturelles limitées, cela signifie plus de navigation et plus de pression sur leurs écosystèmes.

L’industrie du tourisme a commencé à s’attaquer à ce problème, notamment parce que le changement climatique est une menace directe pour les plages de sable blanc qui attirent les touristes en premier lieu. Ils agissent donc pour résoudre le problème en limitant les émissions, en offrant des moyens durables de manger et de se déplacer. Mais vous pouvez aussi aider à réduire les émissions au minimum.

Choisissez la bonne destination

Cela commence par votre destination. Les endroits les plus durables à visiter sont ceux qui ont les ressources nécessaires pour gérer de grandes quantités de personnes (comme les villes) ou qui sont mis en place pour attirer les touristes vers les communautés locales qui ont le plus besoin de leur argent. Si vous souhaitez savoir où aller, je vous conseille de lire l’article de Geckollo qui propose 24 séjours éco responsables à travers le monde !

Lorsque vous faites vos recherches, recherchez des endroits qui mettent de côté l’expérience hôtelière «traditionnelle». De nombreuses auberges sont assez durables, par exemple, car elles ne changent pas de linge de maison tous les jours et vous permettent de préparer votre propre nourriture. Mais ne prenez pas les logos d’approbation à leur valeur nominale. Recherchez des hôtels et des centres de villégiature par le biais d’autorités indépendantes comme Leadership in Energy and Environmental Development (LEED) pour maintenir l’environnement local et limiter les impacts négatifs. Le Costa Rica, par exemple, gère un programme de tourisme vert qui examine les effets des installations et des entreprises touristiques sur les ressources naturelles et culturelles, la qualité de vie des communautés locales et le développement économique du pays.

Allez-y par la voie verte

Du point de vue de la production de carbone, l’avion est le moyen le plus coûteux de se déplacer. Un km dans l’air générera 20 kg de dioxyde de carbone, tandis que les voitures cracheront près de 500g par km. Pensez aux trains, aux bus ou à la location d’un véhicule hybride ou électrique pour arriver à destination. Même recharger complètement une voiture électrique sur un réseau électrique au charbon est encore mieux, en termes d’émissions, que de conduire une voiture à essence ou de monter dans un avion.

Bien sûr, le vol est parfois votre seule option. Si tel est le cas et que vous souhaitez rester le plus vert possible, vous devrez adopter certaines des pires parties du transport aérien. Les compagnies aériennes dépensent littéralement des dizaines de milliers de dollars à la pompe pour chaque vol, donc l’efficacité énergétique est importante. Pour vous, cela signifie investir un peu plus dans des vols sans escale pour que l’avion puisse naviguer en altitude, mais aussi des sièges plus étroits et des frais pour tout poids de bagages supplémentaire. Donc, si vous devez voler, acceptez d’être très proche et en contact avec un inconnu et apportez le sac le plus léger possible, c’est mieux pour la planète.

Plus c’est léger, mieux c’est

Peu importe le mode de transport que vous utilisez, regardez ce qui se trouve dans vos bagages. « Moins d’émissions » est le nom du jeu, et il n’y a qu’une seule règle : emballer aussi légèrement que possible. Oubliez les choses que vous pouvez louer ou emprunter lorsque vous arriverez sur place, comme des vélos de montagne ou d’autres équipements sportifs. Si possible, laissez derrière vous tout équipement de consommation d’énergie, comme votre ordinateur portable, et utilisez votre smartphone pour prendre des photos au lieu de transporter un appareil photo avec vous.

En ce qui concerne les vêtements, renseignez-vous auprès du complexe ou de l’hôtel sur les options de blanchisserie et ne prenez pas un t-shirt différent pour chaque jour où vous serez sur place. Si possible, apportez uniquement des fibres naturelles, car les matières synthétiques peuvent rejeter des microplastiques dans l’environnement local.

Des équipements écologiques à ne pas oublier

Apporter des objets réutilisables avec vous peut limiter la quantité de déchets que vous générez. Une bouteille d’eau est essentielle, car les gouvernements ont commencé à demander aux touristes de cesser d’acheter de l’eau en bouteille en raison de son coût environnemental. Les chargeurs solaires pour l’équipement que vous apportez limiteront votre impact sur le réseau électrique local. Pensez également à prendre des sacs, des pailles réutilisables, des serviettes et autres ustensiles réutilisables. Et au lieu d’acheter un livre de poche à l’aéroport, apportez un lecteur électronique ou demandez si le complexe ou l’hôtel dispose d’une bibliothèque sur place et lisez à partir de là.

Déplacez-vous de manière responsable

Une fois arrivé à destination, le prochain défi est de se déplacer. Gardez à l’esprit que tout le monde a un niveau de mobilité différent, donc si vous voyagez avec un groupe, discutez des options possibles avant d’amener tout le monde vers le kiosque de location de vélos.

Commencez par les transports en commun, qui offrent le meilleur rapport qualité-prix pour vos déplacements et vos euros touristiques aident à soutenir le réseau pour les habitants. De plus, c’est l’une des meilleures façons d’explorer une ville.

S’il n’y a pas de bus ou de train disponible, ou si vous avez juste envie de profiter du beau temps, pensez au vélo. Le vélo est l’option la plus durable pour les voyages d’une personne de courte et moyenne durée. N’oubliez pas de demander des informations sur les pistes cyclables et les réglementations locales en matière de cyclisme à votre hôtel, station ou location de vélo, et n’oubliez pas votre casque.

Et, bien sûr, pour les courts trajets, la marche est gratuite. Un autre point à garder à l’esprit : si vous pédalez et marchez, vous n’aurez pas à vous soucier du sport !

Mangez (et achetez) local

En règle générale, plus une source de nourriture est proche de votre table, meilleure elle est pour l’environnement et meilleure est sa saveur. Donc, si vous êtes à l’étranger et que l’hôtel où vous êtes vend certains de vos snacks préférés de chez vous, rappelez-vous qu’ils ont probablement dû parcourir un long chemin pour y arriver aussi.

Avant de partir, faites une petite recherche sur ce que les habitants mangent et pourquoi. Cela vous aidera à savoir quels aliments locaux commander si ce n’est pas dans le menu et à gérer les restrictions alimentaires. Par exemple, au Moyen-Orient, l’approvisionnement alimentaire le plus durable et le plus stable se compose de moutons et de chèvres qui ont évolué pour gérer les conditions arides, de sorte que les visiteurs peuvent s’attendre à ce que le régime alimentaire local soit plus lourd en produits laitiers et en viande qu’ils ne le sont habituellement. Alors abandonnez le bœuf Wagyu importé et demandez des options locales et durables dans les hôtels et les restaurants. Recherchez des restaurants spécialisés dans la cuisine de la ferme à la table et durable. Et essayez de plus petits endroits locaux, qui ont tendance à mettre des ingrédients de proximité par nécessité.

Si tout cela vous semble un peu lourd ou écrasant, gardez à l’esprit que cela se résume principalement à planifier à l’avance. Réfléchir à l’avance à votre voyage éco responsable vous montrera également à quoi ressemble la vie dans l’endroit où vous vous rendez, vous donnant ainsi la possibilité d’en apprendre un peu plus sur les endroits que vous visitez. Vous savez maintenant comment voyager de façon plus écologique !

D’AUTRES ARTICLES A DECOUVRIR EGALEMENT :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici