Zone de conservation du Ngorongoro

Zone de conservation du Ngorongoro : guide de visite

Située dans les hautes terres du massif du Ngorongoro au nord de la Tanzanie, la zone de conservation du Ngorongoro fait partie de l’écosystème du Serengeti et est l’une des destinations de safari les plus célèbres du pays. Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1979, elle couvre 8 292 kilomètres carrés de magnifiques plaines herbeuses, de forêts d’acacias et de hautes terres remplies de cratères. La zone tire son nom de la plus grande caldeira intacte du monde, le cratère du Ngorongoro, et abrite des éleveurs Masaï qui vivent en relative harmonie avec la faune abondante de la région.

Histoire de la zone de conservation du Ngorongoro

La zone maintenant connue sous le nom de zone de conservation du Ngorongoro est occupée par des espèces d’hominidés depuis environ trois millions d’années : un fait étonnant prouvé par des fossiles trouvées aux gorges d’Olduvai et au site de Laetoli. À l’époque où notre vieil ancêtre, Australopithecus afarensis, laissait des empreintes de pas qui allaient devenir l’une des découvertes anthropologiques les plus importantes de l’histoire, le cratère du Ngorongoro a été formé par une éruption volcanique majeure.

Depuis 2000 ans, la région est la province des tribus pastorales, dont les Mbulu, les Datooga et, plus récemment, les Maasai. Les premiers Européens sont arrivés en 1892, et la zone de conservation du Ngorongoro a été établie comme sanctuaire pour la faune en 1976. Trois ans plus tard, la zone a été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en reconnaissance de son importance en tant que seule zone de conservation en Tanzanie qui protège la faune tout en permettant la cohabitation humaine.

Zone de conservation du Ngorongoro

Un paradis pour la faune

La zone de conservation du Ngorongoro abrite une abondance et une diversité incroyables d’animaux sauvages, notamment les gazelles de Grant et de Thomson, les gnous, les zèbres et de grands troupeaux de buffles. Le cratère du Ngorongoro abrite à lui seul environ 25 000 gros gibiers, qui vivent tous dans l’enceinte naturelle de la caldeira. Cette densité de faune fait du cratère le meilleur endroit en Tanzanie pour voir les Big Five (les “cinq grands” : l’éléphant, le rhinocéros, le lion, le léopard et le buffle). Il abrite également la seule population viable de rhinocéros noirs qui reste dans le pays, tandis que ses éléphants sont parmi les plus importants du continent africain.

Chaque année, les plaines herbeuses autour du cratère accueillent les troupeaux de la Grande Migration, comptant généralement près de deux millions de gnous, zèbres et autres antilopes. Cette soudaine abondance de proies attire de nombreux prédateurs différents, notamment le lion, le guépard, l’hyène et le lycaon (ou chien sauvage d’Afrique) en voie de disparition. La forêt Lerai du cratère est un fourré ensoleillé d’acacias à écorce jaune, qui fournit l’habitat parfait pour le léopard insaisissable.

éléphant Ngorongoro

Une diversité d’oiseaux incroyable

Environ 500 espèces d’oiseaux ont été enregistrées dans la zone de conservation du Ngorongoro, dont 400 dans le cratère lui-même. La forêt dense d’acacias de la région abrite la plus grande population connue au monde d’Inséparables de Fischer, presque menacés, tandis que le Gorigor Swamp (marais de Gorigor) est un habitat important pour des espèces aquatiques telles que la guifette moustac et le râle bleuâtre. La plupart des oiseaux trouvés dans la zone de conservation sont uniques en Tanzanie ou en Afrique de l’Est, y compris des espèces endémiques et quasi-endémiques telles que l’euplecte de Jackson (ou veuve de Jackson), le touraco de Hartlaub et l’histurgopse à queue rouge. Les sept espèces de vautours d’Afrique de l’Est sont représentées ici, tandis que le lac Magadi, le lac Ndutu et le lac du cratère Empakai abritent de vastes troupeaux de flamants roses.

Zone de conservation du Ngorongoro flamants roses

Activités à faire dans la zone de conservation du Ngorongoro

Le cratère du Ngorongoro est la plus grande attraction de la zone de conservation du Ngorongoro. Couvrant une superficie d’environ 670 mètres carrés, ses paysages spectaculaires et sa faune prolifique en font la destination ultime pour les safaris d’observation du gibier. Il y a aussi de nombreuses occasions de voir des animaux à l’extérieur du cratère lui-même. Dans les Crater Highlands, les plus petites calderas d’Olmoti et d’Empakai offrent la possibilité de se lancer dans un safari à pied, une aventure de randonnée ou une expédition d’escalade. La première est connue pour ses cascades et la seconde pour son lac rempli de flamants roses.

De décembre à mars, les prairies du Ngorongoro accueillent les troupeaux de la Grande Migration. Les gnous et les zèbres arrivent par milliers pour brouter et mettre bas, et les observations de gros chats sont courantes. De nombreux voyagistes et gîtes proposent des safaris “spécial migration” dédiés à cette période de l’année.

La zone de conservation du Ngorongoro a également sa juste part d’activités d’intérêt humain. Une visite dans un village culturel Maasai est un must, tout comme une visite aux gorges d’Olduvai. Ici, on peut suivre l’histoire des archéologues de renommée mondiale Louis et Mary Leakey, qui ont fait plusieurs découvertes dans la région immédiate qui ont changé notre compréhension de l’évolution humaine. Celles-ci comprenaient la première preuve fossile connue d’Homo habilis et un ensemble d’empreintes fossilisées qui prouvaient que les espèces d’hominidés marchaient déjà sur deux jambes il y a environ 3,7 millions d’années. Des moulages des empreintes de pas peuvent être vus au musée des gorges d’Olduvai.

Remarque : la plupart des touristes ont tendance à combiner un safari dans le Serengeti avec une visite du cratère du Ngorongoro et d’autres parcs nationaux du circuit nord. Passons maintenant aux principales activités lors d’un passage dans la zone de conservation du Ngorongoro :

1. Faire un safari en 4×4

Les safaris sont sans aucun doute le meilleur moyen d’observer la faune dans le cratère du Ngorongoro. Les safaris sont effectués avec une camionnette de tourisme standard et sont organisés en deux équipes : matin et après-midi. À 16h30, tous les véhicules de tournée doivent être hors du cratère. Vous avez besoin d’au moins trois jours pour explorer chaque partie du cratère. À chaque safari, attendez-vous à voir les Big Five, les oiseaux, les lacs, les forêts luxuriantes et la végétation de la savane pour vous émerveiller.

Zone de conservation du Ngorongoro safari

2. Faire un safari photographique

Si vous avez déjà fait un safari dans le cratère du Ngorongoro et que vous avez aimé ce que vous avez vu, vous pouvez organiser un autre safari dans le seul but de prendre de superbes photos de la faune. Un safari photographique ne doit pas seulement porter sur les animaux, mais aussi sur les oiseaux, les lacs et la végétation de la savane. Il y a des membres de la tribu Maasai vivant près du cratère qui pourraient être prêts à faire partie de votre expédition de photographie.

Zone de conservation du Ngorongoro zèbres

3. Visiter les Masaï

Les Masaï sont l’une des tribus les plus fascinantes d’Afrique. Bien qu’ils vivent à l’extérieur du cratère lui-même, ils sont autorisés à faire paître leurs animaux autour du bord du cratère ou à les faire descendre dans le cratère pour boire de l’eau pendant les mois secs de l’année. Lors de la visite de la zone de conservation du Ngorongoro, un arrangement peut être fait pour que les touristes visitent l’une de leurs maisons ou centres culturels pour en apprendre davantage sur leurs traditions et leur culture. Il est plus gratifiant de visiter des villages / familles moins visités afin de vivre une expérience plus enrichissante au lieu de visites guidées. Visiter le peuple Masaï implique d’assister à des spectacles de danse traditionnelle, de prendre des photos, d’acheter des souvenirs et de rencontrer les anciens.

Zone de conservation du Ngorongoro masai

4. Profiter d’un pique-nique

Avez-vous déjà rêvé d’un beau pique-nique dans la nature africaine avec des gnous qui paissent à proximité ? Le cratère du Ngorongoro ne vous décevra pas.

5. Aller voir les derniers Bushmen de Tanzanie

Lorsque les Masaï sont arrivés dans la région du Serengeti il y a environ 300 ans, ils ont chassé la tribu Hadzabe et d’autres bushmen vers des zones reculées du parc. Mais 2000 de ces Bushmen vivent toujours dans la région. Contrairement aux Maasaï qui ont adopté les modes de vie modernes, ces Bushmen restent primitifs et vivent encore de la chasse et de la cueillette. Une visite de leurs habitats reculés vous permettra de découvrir leur culture et leurs modes de vie secrets.

6. Se promener dans la nature et dans le cratère

Après avoir terminé les activités dans le cratère et être retourné à votre lodge pour prendre une douche, vous pourriez aller vous promener le long des bords ou au bord du cratère. Le bord ouest du cratère offre de superbes vues sur les bois, les prairies ouvertes et les forêts d’acacias. Vous pouvez également regarder les Maasaï emmener leur bétail au pâturage ou retourner dans les kraals.

cratère du Ngorongoro

7. Observer les oiseaux

Le cratère du Ngorongoro est l’un des meilleurs endroits pour l’observation des oiseaux en Tanzanie. Les espèces à surveiller sont les flamants roses, les outardes Kori et les grues couronnées. Depuis les bords du cratère, on peut observer des espèces comme le serin d’Abyssinie, la buse forestière, le souimanga à ailes dorées et le gobemouche de Fischer.

Zone de conservation du Ngorongoro grue couronnée

8. Faire un vol en montgolfière

C’est un moyen coûteux mais très aventureux d’explorer le vaste cratère et ses environs. La montgolfière est fortement recommandée, en particulier pendant la migration : lorsque les gnous errent ou vêlent à l’extérieur du cratère et du Serengeti à proximité. Le top avec la montgolfière c’est qu’elle permet aux d’apprécier les magnifiques paysages du cratère.

9. Visiter les gorges d’Olduvai

Les gorges d’Olduvai sont connues comme le “berceau de l’humanité”. C’est là que les plus anciennes découvertes archéologiques ont été faites par Richard Leakey et sa famille. Les Leakey ont découvert les restes des tout premiers hominidés dans les gorges au début du 20ème siècle. Ils ont ensuite fait des découvertes révolutionnaires, la plupart datant de plus de 2 millions d’années. Les fossiles comprennent ceux d’animaux disparus qui parcouraient la région et l’homme plus récent de l’âge de pierre. Vous pouvez vous inscrire pour une promenade guidée dans les gorges. N’oubliez pas de regarder les empreintes d’hominidés à Laetoli. Ces empreintes ont été découvertes sur une roche volcanique et ont plus de 3 millions d’années. Il y a un petit musée qui a été construit pour le public et contient des restes et des artefacts excavés pour les touristes.

musée gorges olduvai

10. Visiter le cratère Empakaai

Il s’agit du plus petit frère du cratère du Ngorongoro. Le cratère Empakaai s’est également formé lorsqu’un volcan s’est effondré en une caldeira de 6 kilomètres de large. C’est un cratère moins connu mais avec beaucoup à offrir. Une grande partie est couverte par un lac alcalin de 85 mètres de profondeur. Le lac change de couleur en fonction de l’heure de la journée et attire des milliers de flamants roses à cause de l’abondance d’algues. Les bords du cratère abritent des flamants roses, des cercopithecus mitis (ou singes bleus), des cobes à croissant, des buffles, des éléphants et des hyènes. Au-delà du cratère se trouvent une vue imprenable sur le mont Kilimandjaro et Ol Doniyo Lengai.

cratère Empakaai

11. Explorer le cratère Olmoti

Chez les Masaï, Olmoti signifie marmite. Le cratère peu profond se trouve dans les hautes terres de la zone de conservation du Ngorongoro et s’élève à 3080 mètres d’altitude. Les creux herbeux du cratère sont excellents pour la randonnée et les promenades dans la nature. C’est là que la plupart des bergers masaï emmènent leurs animaux au pâturage aux côtés des buffles, des élands du Cap et des roseaux. Vous pouvez couronner votre exploration du cratère en visitant une cascade à proximité (100 mètres) qui alimente le lac Magadi.

cratère Olmoti

12. Aller au lac Magadi

Si vous êtes fasciné par la beauté des paysages, la nature et les oiseaux, le lac peu profond de Magadi ne vous décevra pas. Ce paradis attire les échassiers comme les pélicans et les flamants roses par milliers. Le lac Magadi est l’un des meilleurs endroits pour l’observation des oiseaux en Tanzanie. Des milliers de touristes visitent la Tanzanie spécifiquement pour regarder les flamants roses chercher des algues vertes dans le lac alcalin.

13. Visiter la forêt Lerai

Cette forêt est l’une des meilleures attractions du cratère du Ngorongoro. Elle contient des acacias rares, minces, hauts et de couleur jaune. L’aspect distinctif et la capacité d’attirer la faune sont ce qui fascine les touristes. Les arbres prospèrent ici mais peuvent également être vus en petit nombre lorsque vous visitez certains plans d’eau en Afrique. La forêt Lerai est le meilleur endroit pour repérer les rhinocéros noirs. Ils sont attirés par la végétation de la forêt. Les acacias attirent également les hyracoïdes, les éléphants et d’innombrables oiseaux.

Où séjourner dans la zone

Il existe un large choix d’options d’hébergement dans la zone de conservation du Ngorongoro, allant des lodges de luxe sur le bord du cratère lui-même aux camps de tentes pour ceux qui sont soucieux de leur budget. Pour une décadence ultime, envisagez un séjour à l’emblématique andBeyond Ngorongoro Crater Lodge, où 30 suites somptueuses offrent un décor inspiré de Versailles et une vue imprenable sur le cratère. Des massages en chambre, un service de majordome privé et des banquets au fond du cratère font tous partie de l’expérience. Pour une option plus abordable sur le bord du cratère, essayez le Ngorongoro Serena Lodge de 75 chambres.

Ailleurs, les meilleurs choix incluent The Highlands et le Ndutu Safari Lodge. Le premier est niché sur les pentes du volcan Olmoti et propose des suites uniques avec des poêles à bois et des baies vitrées. L’autre est une confortable option 3 étoiles située près des gorges d’Olduvai avec 34 cottages en pierre et un salon central et une salle à manger. Chaque chalet dispose d’une véranda privée face au lac Ndutu, célèbre pour ses flamants roses.

Ndutu Safari Lodge
Ndutu Safari Lodge

Informations pratiques

Météo : la zone de conservation de Ngorongoro bénéficie d’un climat subtropical avec la saison sèche hivernale de juin à août et la saison des pluies d’été de novembre à avril. Il n’y a pas de mauvais moment pour voyager ici, car chaque saison a ses propres avantages et inconvénients. Pour le meilleur temps et une vue de premier ordre sur le gibier, prévoyez de venir pendant la saison sèche. Pour voir la grande migration, vous devrez voyager entre décembre et mars; tandis qu’en été vous pourrez également voir un nombre impressionnant d’oiseaux migrateurs rares. Les mois de novembre et avril peuvent être pluvieux, mais il y a moins de monde et des prix plus bas. Les populations de flamants roses des lacs de la région sont plus importantes lorsque les niveaux d’eau sont élevés.

Santé : quel que soit le moment de votre voyage, le CDC recommande à tous les visiteurs de la Tanzanie de se faire vacciner contre l’hépatite A et la typhoïde. Les vaccins contre le choléra, l’hépatite B et la rage peuvent également être nécessaires. En raison de l’altitude relativement élevée du Ngorongoro, le paludisme est moins risqué ici qu’ailleurs en Tanzanie. Cependant, la prévention reste une bonne idée, surtout si vous voyagez pendant la saison des pluies, lorsque les moustiques sont plus fréquents.

Comment venir : la plupart des visiteurs de la zone de conservation du Ngorongoro passent par la porte régionale d’Arusha, facilement accessible via un transfert depuis l’aéroport international Julius Nyerere (DAR) de Dar es Salaam. Depuis l’aéroport d’Arusha (ARK), vous rejoindrez la zone protégée en trois heures de route. Habituellement, votre lodge ou votre voyagiste organisera votre prise en charge à Arusha et vous conduira à votre destination finale.

Ajouter un commentaire

Booking.com
chasse voyage