La légende de la ville d’Ys (dans la baie de Douarnenez)

légende de la ville d'Ys

Voici une légende qui est l’archétype de celles qui trouvent leurs origines dans les villes submergées. Celle de la ville d’Ys, un lieu qui a été submergé par les eaux et qui fait partie de la mythologie panceltique de toute l’Europe. Cette légende du 12ème siècle est l’une des plus connues de toute la Bretagne. Découvrez la légende de la ville d’Ys :

La ville aux clés d’or

Dans la baie de Douarnenez, s’élevait autrefois la ville d’Ys. Les gens l’appelaient la ville aux clés d’or. C’était un endroit très bien protégé, avec d’immenses portes qui retenaient la marée. Seul le bon roi Gradlon détenait les clés d’or qui pouvaient ouvrir les portes.

Le mal de la princesse Dahut

Sa fille, Dahut, était une très belle femme et elle menait aussi une vie très dissolue, disons-le ainsi. A la suite des terribles réprimandes de Saint Gwenolé, l’abbé de Landévennec, la ville prit le chemin inverse, suite à l’inconduite de sa princesse. Chaque jour était un festival de luxure et Dahut prenait un amant chaque nuit. A ce comportement répréhensible (selon les critères de l’abbé), la princesse ajouta le terrible péché de meurtre, car le lendemain matin elle tua son amant nocturne. Leurs corps ont été jetés dans les puits de la forêt de Huelgoat.

Comment les vannes d’Ys ont été ouvertes

Le diable a vu que cet endroit était le cadre parfait pour aller chercher les âmes des imprudents qui y vivaient, alors un après-midi, sous l’apparence d’un séduisant étranger, tout de rouge vêtu, il s’est présenté à la princesse Dahut qui en immédiatement tombée amoureuse de cet étranger.

Le démon l’a convaincue de voler les clés d’or de Gradlon, puis a ouvert les vannes qui protégeaient Ys de la fureur de la mer. L’océan s’engouffra dans les rues, noyant ses habitants et recouvrant même les plus hautes tours.

Le roi, prévenu par saint Gwenolé, galopa à toute allure fuyant son royaume, mais soudain il aperçut sa fille et voulut la sauver du malheur. Cependant, le poids des péchés de Dahut rendait le cheval incapable de courir aussi vite et les vagues étaient sur le point de les dévaster. Le saint intervint et le roi, suivant ses instructions, abandonna sa fille à l’océan.

Dahut est devenue sirène, près de Douarnenez, à Poul-Dahut (étang de Dahut en breton), aujourd’hui connu sous le nom de Pouldavid, où la princesse s’est échouée sur le rivage.

La ville renaîtra

Lorsqu’ils atteignirent la terre ferme, le saint et le roi se retournèrent mais il n’y avait plus rien, la mer avait englouti la ville. On dit qu’on entend encore, par une nuit calme, les cloches de ses églises résonner des profondeurs et qu’un jour la ville remontera à la surface, et celui qui la verra pour la première fois en deviendra le roi et aura sa gloire ancienne.

Cette histoire est racontée dans la baie de Douarnenez mais avec différentes variantes elle existe dans tout l’Atlantique celtique.

Laisser un commentaire