lanzarote en avril

La légende du diable de Lanzarote est celle faisant référence au « diable de Timanfaya ». Selon la légende, en 1730, lors des éruptions volcaniques de l’île de Lanzarote (qui ont aujourd’hui leur échantillon dans le parc national de Timanfaya), un mariage était célébré entre un jeune homme dont le père était l’une des personnes les plus riches de l’île et une jeune femme dont la famille cultivait des plantes médicinales. Les deux amoureux qui allaient se marier, ainsi que les invités au mariage, ont été surpris par la pluie de roches et de lave provoquée par l’éruption volcanique. Tous les gens ont commencé à courir avec terreur, à la recherche de tout coin qui pourrait servir de refuge.

La malchance s’empara de la jeune mariée, qui fut frappée par un gros rocher qui lui écrasa le corps. En voyant cette scène, le jeune amoureux vint à son aide en prenant une fourche à cinq pics afin de soulever cette lourde pierre qui tuait lentement sa bien-aimée. Devant le regard étonné de ceux qui étaient là, le jeune homme puisa sa force là où il n’y en avait pas et réussit à déplacer le rocher avec la fourche à cinq pics, mais ses efforts furent insuffisants : la fille avec laquelle il allait se marier était morte.

la légende du diable de lanzaroteDésespéré, le jeune homme prit le corps de sa défunte aimée et la fourche à cinq pics et parcourut les vallées enflammées de Timanfaya. La nuit était tombée et la pleine lune éclairait cet « enfer » dans lequel était Lanzarote. Criant à travers la vallée de Timanfaya avec le corps de sa femme ensanglanté dans les bras, il couru jusqu’à ne plus avoir de force. Il disparu entre la fumée de sulfate qui sortait du sol et les cendres qui recouvraient tout. C’était une nuit de pleine lune et, dans un moment de clarté due à sa luminosité, plusieurs familles n’ont pas réussi à comprendre comment, au sommet de la colline, criant avec une force énorme et illuminé par la lune, l’image de ce garçon soulevant une fourche à cinq branches put disparaitre entre la fumée et les cendres. Les témoins de cette image soupirèrent de tristesse : « pauvre diable ! »

Du sang versé de la jeune fille dans les vallées de Timanfaya sont nées les plantes médicinales que leurs parents ont cultivées et on leur a donné le nom des deux jeunes amants qui ne pourraient jamais se marier : le garçon s’appelait Aloe et la fille Vera.

À l’heure actuelle, la figure du jeune homme qui lève la fourche à cinq pics avec ses deux bras est l’image qui représente le parc national de Timanfaya, où est également représenté ce « pauvre diable » qui a perdu la vie et son amour à cause des éruptions volcaniques.

diable de timanfaya

Sources : sinalefa2 et blastingnews.

Booking.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici