conseils pour voyager au kenya

Conseils pour voyager au Kenya : visa, santé, transport, etc

Il existe une multitude de raisons de visiter le Kenya. C’est l’un des joyaux des safaris en Afrique de l’Est, qui abrite des réserves d’animaux de renommée mondiale, notamment la réserve nationale de Masai Mara et le parc national d’Amboseli. Les villages ruraux offrent un aperçu précieux des traditions séculaires des tribus Masaï et Samburu; tandis que la capitale, Nairobi, est un creuset cosmopolite de cultures de tout le continent et au-delà. Sur la côte de l’océan Indien, la pêche, la plongée et le snorkeling vous attendent. Mais avant de pouvoir découvrir tout ce que le Kenya a à vous offrir, il est important de prendre en compte les détails et conseils de voyage pratiques décrits ci-dessous.

Nécessité d’un visa pour visiter le Kenya

Bien que les citoyens de certains pays d’Afrique, des Caraïbes et d’Asie du Sud-Est soient autorisés à entrer au Kenya sans visa, la plupart des visiteurs en auront besoin. Cela comprend les citoyens des États-Unis, du Canada, du Royaume-Uni et de tous les pays européens à l’exception de Chypre. Heureusement, la grande majorité des nationalités peuvent demander un e-visa qui vous permet de remplir un formulaire de demande et de payer en ligne avant votre départ. Le visa pour le Kenya est valide pendant 90 jours (et peut être prolongé de 90 jours supplémentaires). Votre demande sera traitée en moins d’une semaine si vous optez pour un e-visa qui coûte 74,95 € par personne.

Si vous n’êtes pas éligible pour un e-visa, vous devez en faire la demande en personne à l’ambassade du Kenya la plus proche.

Remarque : tous les visas électroniques sont des visas à entrée unique. Si vous avez besoin d’un visa à entrées multiples, vous pouvez en demander un à l’ambassade la plus proche ou (dans la plupart des cas) à votre arrivée aux principaux points d’entrée. Ces visas coûtent une centaine d’euros chacun et sont idéaux pour tous ceux qui prévoient de voyager dans les deux sens dans les réserves entre le nord de la Tanzanie et le Kenya.

Santé et sécurité

Les vaccinations : si vous voyagez au Kenya depuis un pays atteint de fièvre jaune, vous devrez fournir la preuve que vous avez été vacciné contre la maladie avant de pouvoir passer l’immigration. La seule exception à cette règle concerne les enfants de 1 an ou moins. Il n’y a pas d’autres vaccinations obligatoires; cependant, il y en a plusieurs qui sont fortement recommandés. Il est conseillé que tous les voyageurs soient immunisés contre l’hépatite A et la typhoïde. Selon la région du Kenya que vous prévoyez de visiter et les activités auxquelles vous participerez, les vaccins contre le choléra, l’hépatite B, la méningite, la rage et la fièvre jaune peuvent également être recommandés.

Paludisme : le paludisme est un risque dans toutes les régions du Kenya. Cela comprend la plupart des parcs de jeux du pays, la côte et la capitale. La prévention est fortement recommandée. Lorsque vous parlez à votre médecin des différentes options disponibles, assurez-vous de lui faire savoir que vous visiterez spécifiquement le Kenya, car les parasites du paludisme dans cette région de l’Afrique de l’Est ont développé une résistance à la chloroquine. Bien que les enfants puissent prendre des médicaments antipaludiques dès qu’ils pèsent 12 kilos ou plus, la difficulté d’amener les tout-petits à prendre les pilules efficacement signifie que vous devriez sérieusement réfléchir avant de vous rendre dans une zone de paludisme avec des enfants de moins de 5 ans.

Rester en sécurité : bien que des attentats terroristes aient eu lieu dans le passé et que le niveau élevé de pauvreté au Kenya entraîne une augmentation de l’incidence de la petite délinquance, peu de visiteurs étrangers subissent des crimes violents pendant leurs vacances au Kenya. Pour rester en sécurité, il faut éviter les quartiers les plus pauvres des centres-villes et des districts, et faire un effort conscient pour ne pas exposer votre richesse en laissant vos bijoux à l’hôtel et en cachant portefeuille et appareil photo.

Remarque : consultez les derniers avis des voyageurs avant de planifier votre voyage et consultez cette page pour obtenir des conseils sur les risques actuels au Kenya.

Devise monétaire

La monnaie du Kenya est le shilling kényan, souvent abrégé en KSh. Un shilling est composé de 100 cents. Les pièces sont disponibles en coupures de un, cinq, 10, 20 et 40 shillings; les billets sont disponibles en coupures de 20, 50, 100, 200, 500 et 1 000 shillings. Vous pouvez échanger des euros dans n’importe quelle banque kényane et c’est le moyen le plus sûr de le faire. Évitez les changeurs de monnaie du marché noir, car beaucoup d’entre eux sont également des escrocs.

Si vous ne voulez pas transporter de grosses sommes d’argent, vous pouvez retirer de l’argent au besoin en utilisant votre carte de crédit ou de débit habituelle. Visa et Mastercard sont les plus couramment acceptées, et vous trouverez des guichets automatiques dans toutes les grandes et moyennes villes du pays. Les paiements par carte bancaire sont courants dans les zones urbaines, mais ne vous attendez pas à ce que les restaurants ruraux, les marchés ou les hôtels économiques en aient. Le troc est prévu dans les étals de rue et les marchandises, y compris les vêtements et les chaussures, sont parfois acceptées au lieu de l’argent liquide.

Se déplacer au Kenya : moyens de transport

Avion : les longues distances et les mauvaises conditions routières font du vol le moyen le plus efficace (mais pas le plus économique) de se déplacer au Kenya. Kenya Airways propose une gamme complète de liaisons intérieures, tout comme les petites compagnies aériennes telles que Safarilink, AirKenya et Mombasa Air Safari. Les places ont tendance à être réservées rapidement et il est recommandé de réserver plusieurs mois à l’avance.

Train : en 2017, un nouveau service ferroviaire à grande vitesse appelé Madaraka Express a été ouvert entre Nairobi et Mombasa. Vous pouvez utiliser le train pour rejoindre la côte en seulement 4h30, avec sept arrêts en cours de route, y compris Mtito Andei et Voi. Il est prévu d’étendre la ligne à Naivasha et éventuellement à Kampala en Ouganda.

Bus : les bus de courtes et longues distances abondent au Kenya, avec une couverture d’itinéraire particulièrement bonne autour de Nairobi, le long de la côte et dans l’ouest du pays. La plupart des bus sont des propriétés privées et beaucoup sont confortables avec des toilettes et des sièges inclinables. Ils sont plus sûrs que la plupart des autres modes de transport énumérés ci-dessous et moins chers que l’avion ou le train.

Transports en commun : vous avez plusieurs options lorsque vous utilisez les transports en commun pour naviguer dans les grandes villes du Kenya. Ceux-ci incluent les taxis (dont la plupart n’ont pas de compteur, assurez-vous donc de convenir d’un prix avant d’accepter un trajet), les tuk-tuks et les boda-bodas (taxis à vélo ou à moto). Les mini-bus partagés connus sous le nom de matatus sont le choix le plus populaire pour les Kenyans locaux, offrant des itinéraires et des tarifs fixes.

Voiture : ceux qui veulent la liberté de leur propre véhicule peuvent louer une voiture auprès d’agences internationales dans l’une des grandes villes du Kenya. Sachez que les tarifs sont souvent élevés et que les routes kenyanes ne sont pas pour les âmes sensibles. De nombreuses entreprises offrent la possibilité d’embaucher un chauffeur moyennant des frais supplémentaires minimes. Pour des raisons de sécurité, évitez de conduire la nuit et gardez vos portes verrouillées dans les zones urbaines.

Ajouter un commentaire